La voie de la stabilité   

 

Le temps du renouveau sonne aux portes de la transition dans un pays qui a longtemps souffert des affres de la discorde, de la barbarie terroriste et des aléas de l’intervention militaire étrangère jugée inopérante. La réappropriation du destin national par les Maliens, désormais convaincus de l’échec de l’opération Barkhane fortement contestée, se mesure à l’aune du dialogue pleinement consacré par la rencontre inédite de Kidal au cœur même du sanctuaire terroriste. Cette évolution qualitative traduit une prise de conscience réelle de l’urgence de la consolidation des bases de l’Etat interpellé par les défis sécuritaires, politiques, économiques et sociaux. Elle se conjugue avec les chantiers de la transition dont la charte prévoit le rétablissement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, le lancement des réformes politiques et institutionnelles, l’organisation des élections et la mise en œuvre de l’Accord d’Alger. Les prémisses d’une sortie de crise attestent de la viabilité de la démarche algérienne qui a fini par se révéler comme la seule voie de la stabilité, de la paix et de la réconciliation. «Sans l’appui de nos amis algériens, nous n’aurions pas pu nous en sortir», a estimé le président malien, Bah N’Daw, à l’issue d’un entretien avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Le sens du dévouement et de la solidarité de l’Algérie a été relevé en reconnaissance aux sacrifices et aux efforts soutenus en faveur du processus de paix et de réconciliation aux acquis indéniables. Un consensus fort s’est forgé au sommet de l’Etat, dans la classe politique et la population sur le fait qu’il n’y a pas d’autre issue à la crise en dehors de l’Accord d’Alger. Aux côtés du Mali, comme elle l’a toujours fait, l’Algérie se déclare toujours prête à apporter sa contribution pour la restauration de la stabilité et la préparation des élections. «Comme nous l’avons déjà affirmé, lors des précédentes rencontres, nous demeurons à la disposition de nos frères maliens pour tout ce qu’ils jugent nécessaire dans la phase actuelle», a indiqué, dans une déclaration à la presse, le président Tebboune. A la faveur d’une expérience pionnière, en matière de stabilité et de démocratisation, l’Algérie est le partenaire de choix apte à favoriser une transition efficiente.
 Horizons