Théâtre : « Nestennaw…f…l’hit » ou l’attente indéfinie

Présentée dans la soirée de dimanche dernier, lors de la quatrième journée du Festival national du théâtre professionnel, « Nestennaw…f…l’hit » (Nous attendons… le mur !» de Halim Zeddam, produite par l’association culturelle Numidia de Bordj Bou Arreridj, est une énième  adaptation de l’œuvre de Samuel Beckett «En attendant Godot». 

Halim Zeddam affirme que son spectacle est bâti sur des images qui renvoient à des réalités propres à nous. Pour lui, l’arbre suspendu à l’envers, par exemple est une manière de dire que «notre vie est chamboulée et sens dessus dessous». «J’ai choisi le sujet de l’attente de Beckett, car nous aussi, nous sommes tous en attente de quelque chose ou de quelqu’un», ajoute-t-il. «En attente d’espoir, d’un départ, d’un amour, en attente d’un salaire. Tel est le quotidien de l’Algérien», poursuit-il. Pour le titre, il explique qu’il ne signifie pas que nous attendons le mur mais que nos attentes aboutissent toujours sur un mur. Autrement dit, un obstacle qui fait que notre attente recommence indéfiniment.

Hakim Metref