Le CNDH pour la consolidation des acquis de l’Algérie en matière de santé

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a plaidé, ce mardi, pour la consolidation des acquis de l’Algérie en matière de santé, soulignant l’impératif d’appuyer ce secteur « dont l’importance capitale s’est manifestée avec acuité depuis la propagation de l’épidémie de Covid-19 ».

Dans un communiqué publié à l’occasion de la célébration de la Journée arabe des droits de l’homme (16 mars), placée sous le thème « Le droit à la santé », le CNDH a appelé à « appuyer ce secteur dont l’importance capitale s’est manifestée avec acuité depuis la propagation de l’épidémie de Covid-19 », soulignant l’impératif de « consolider les acquis de l’Algérie en matière de santé ».
Le CNDH a, à cet égard, rappelé l’article de la Constitution disposant que « L’Etat veille à assurer au citoyen (…) la protection de sa santé, notamment des personnes démunies, ainsi que la prévention et la lutte contre les maladies épidémiques et endémiques ».
Pour le Conseil national des droits de l’homme, le droit à la santé ne se limite pas à l’aspect physique, psychologique et mental, mais s’étend au droit à l’eau potable et à l’assainissement sûrs et propres, au droit à  l’information et à la sensibilisation sur la santé et à l’égalité des sexes ».
Le conseil a rappelé que « le troisième objectif des Objectifs de développement durable (ODD) est axé sur le thème +bonne santé et bien être+ et vise à mettre un terme aux maladies transmissibles d’ici 2030 à la faveur d’une couverture sanitaire globale, soit la couverture de toutes les catégories et régions du pays et assurer les moyens sûrs d’obtention des médicaments et des vaccins à tous,  y compris les migrants en situation  irrégulière et les immigrés ».
 Le CNDH a mis l’accent sur l’importance du « respect des différentes conventions ratifiées par l’Algérie, tant au plan international qu’au plan régional »,  faisant observer que l’article 25/1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme stipule que « toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille ».