Béjaïa : La Sonelgaz lance plusieurs projets

Plusieurs projets, notamment d’électrification, ont été lancés, lors de la visite que le président-directeur général du groupe Sonelgaz, Chahar Boulakhras, a effectuée, mardi dernier,dans la wilaya de Bejaïa. Ainsi, les travaux de déviation de la ligne électrique de 60KV entre Darguina et Béjaïa, à travers les travaux de pose du premier pylône, ont étéentamés. Ce projet, qui date de 2006 et mis partiellement en service en 2013,subit un problème d’opposition bloquant, depuis, son avancement.

Les autorités ont dû se rabattre sur l’étude d’une autre variante pour débloquer le projet mais, finalement, le tracé retenu traverse le domaine forestier sur un linéaire de 2,5 km. L’autre projet, très attendu par les bénéficiaires de logements, a été la mise en service du module HTA devant alimenter en énergie électrique le pôle urbain Ighzer Ouazarif. C’est une solution palliative en attendant la réalisation d’un poste transformateur 220/60 KV dont les travaux ont été lancés le jour même.
Outre la mise en service du réseau gaz au profit de 480 foyers au niveau du village Ighil Oumsed, dans la commune de Chellata, les travaux de réalisation du réseau de distribution d’une longueur de près de 48 km ont été lancés pour faire bénéficier, au bout de 16 mois, délai contractuel, plusieurs autres localités (Chellata, Elma , Aït Anane, Aït Mekedem, Aït Hayani) situées dans cette région montagneuse , soit 1.119 foyers. Les habitants de la commune d’Aokaset celles environnantes (Tizi Nberber, Tichy, Boukhelifa, Souk El Tenine, Melbou et Tameridjt), quant à eux, pourront désormais bénéficier des services commerciaux de la Sonelgaz sans difficulté grâce à l’inauguration d’une agence commerciale Sadeg.
Le PDG du groupe Sonelgaz a été, enfin, sensibilisé au projet de réalisation des deux zones industrielles prévues à El Kseur et Boudjelil, afin d’accélérer leur alimentation en énergie (électricité et gaz) indispensable pour leur concrétisation. A titre indicatif, la nouvelle zone industrielle d’El Kseur s’étale sur 75,8 hectares et doit accueillir un large éventail d’activités industrielles (agroalimentaire, chimie, électronique, textile, TIC…), synonymes d’une création d’emplois très variés. La réalisation de ces plateformes donnera certainement un coup d’accélérateur à l’investissement productif qui souffre surtout de l’indisponibilité du foncier.
O.M.