Boughazi : «Rompre avec la corruption et la médiocrité dans le tourisme»

Le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, Ali Boughazi, a assuré, ce samedi, lors d’une rencontre avec les cadres de son département, que ce secteur s’emploie à mettre en œuvre la politique nationale dans la lutte contre la corruption et la médiocrité.

«Nous sommes dans la phase d’actions et non de réflexions. Toutes nos actions sont orientées vers la nouvelle politique adoptée par le gouvernement pour rompre avec la corruption et la médiocrité et renouer avec l’éthique et la compétence», assure-t-il, signalant que cette rencontre complète la série de réunions avec les acteurs concernés du secteur  dont le patronat et le partenaire social.
Pour lui, les potentialités touristiques existent, ainsi que des infrastructures d’accueil dont le nombre dépasse les 1.500, mais la qualité des services reste le maillon faible. «Il est impératif d’inverser cette donne par l’encadrement et la formation, notamment avec la dynamisation des Ecoles et des Instituts du tourisme et de l’hôtellerie à travers l’actualisation des programmes et la formation des formateurs aux standards internationaux», soutient-il, relevant que ces instituts seront connectés aux entreprises économiques. Toujours dans ce contexte, il juge nécessaire d’introduire le segment tourisme et formation dans les partenariats avec des pays étrangers, annonçant la mise en place d’une commission pour travailler sur l’après-corona.
Pour ce qui est du travail familial, il a souligné que le secteur s’emploie à assister les familles qui préservent le patrimoine tout en arrondissant leurs revenus. A ce propos, il a fait part de la tenue d’une conférence nationale sur le travail familial qui touche surtout le milieu rural et les zones d’ombre pour développer une stratégie claire et définir une nomenclature des activités. Dans le volet numérisation, il a évoqué la plateforme digitale des services publics lancé par le secteur, englobant sept activités.
L’inspecteur général de ce département, Abdelkader Gouti, a indiqué que son équipe suivra de près la généralisation de la numérisation du secteur au niveau des différentes wilayas.  Deux guides sont élaborés au profit des inspecteurs et un autre en faveur des directeurs de tourisme pour les assister et leur faciliter la tâche dans leurs missions respectives. Le directeur général du tourisme,  Moussa Bentamer, a relevé que le secteur s’attelle à la préparation de l’actualisation du SDAT et de projets de révision des lois relatives au foncier, activités et investissements touristiques et à l’octroi des autorisations pour l’exploitation des sources thermales.
Farida Belkhiri