Djerad : «Notre pays a besoin d’entreprises créatrices de richesse»

Dans son allocution par vidéoconférence lors du séminaire régional pour les startups de l’ouest du pays intitulée « Oran Disrupt », le Premier ministre a indiqué, ce samedi, que « notre pays a un besoin urgent d’entreprises créatrices de richesse et attirant les compétences diplômées de l’Université.

Celles-ci constituent le moteur de développement économique dans tous les pays du monde. ». Abdelaziz Djerrad a, à occasion, réaffirmé « l’engagement du gouvernement à soutenir les innovateurs algériens où qu’ils se trouvent afin de construire une économie moderne ».
« L’organisation d’une série de séminaires régionaux pour les entreprises émergentes témoigne de notre conviction forte que les talents algériens sont présents dans l’ensemble du territoire national », a-t-il déclaré. Pour lui, « ce séminaire vient confirmer une fois de plus que le gouvernement accorde toute son attention aux entreprises émergentes, sachant que l’innovation est notre seule issue pour construire une économie moderne basée sur les compétences scientifiques de nos jeunes. »
Le premier responsable de l’exécutif rappelle, dans ce cadre, que  « le gouvernement a mis en place une feuille de route pour assurer une transition rapide vers une économie du savoir », soulignant « la nécessité d’impliquer, pour atteindre cet objectif, tous les acteurs résident à l’intérieur et à l’extérieur du pays ». D’ailleurs, fait-il remarquer, « la construction d’une nouvelle Algérie ne se fera qu’avec la participation de tous les Algériens et puis il n’y a pas de place aujourd’hui dans l’économie mondiale pour les pays qui n’innovent pas ». Les efforts consentis par le gouvernement dans son soutien aux projets innovants se sont traduits, cite-t-il, par « la mise en place d’un cadre réglementaire pour les entreprises émergentes, la création d’un fonds d’investissement garantissant un financement fluide de ces projets, ainsi que des mesures d’incitations fiscales ».
Il rappelle, également, le lancement récemment du premier accélérateur de startups qui sera suivie annonce-t-il « de la création de succursales dans toutes les régions du pays, et ce, pour soutenir l’écosystème de l’innovation en Algérie». Djerrad a émit l’espoir de voir « une plus importante participation des universités lors de ces séminaires », estimant que « celles-ci constituent « une source de compétences scientifiques et technologiques qui pourraient contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, professeurs, médecins, ingénieurs et chercheurs ». Pour le Premier ministre, « notre économie a aujourd’hui besoin d’entreprises qui apportent une réelle valeur ajoutée et qui s’appuient sur la recherche et le développement pour pouvoir fournir des services et des produits innovants ». Selon lui, « l’innovation est le seul moyen de construire une économie moderne basée sur les capacités scientifiques de notre jeunesse », a-t-il ajouté.
De notre envoyée spéciale à Oran : Assia Boucetta