Mihoubi : «L’eau est le moteur principal du développement»

Le ministre des Ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi, a rappelé, ce lundi, que l’Algérie est confrontée à de nombreux défis en matière de gestion des ressources hydriques.

 «Nous profitons de l’occasion pour souligner l’importance de cette substance vitale et rappeler son apport à toutes les activités économiques et agricoles, car elle est le moteur principal du développement», a souligné  le ministre, à Alger, à l’ouverture de la cérémonie de célébration de la Journée mondiale de l’eau, placée, cette année, sous le thème «la valorisation de l’eau».
Accompagné des ministres de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, et de l’Environnement, Mihoubi a indiqué que le monde souffre actuellement d’une véritable crise de l’eau, imputée principalement à la croissance démographique et aux demandes croissantes (consommation domestique, agriculture et industrie). A cela s’ajoute l’impact négatif des changements climatiques. Dans ce contexte, il a fait savoir que l’Algérie, à l’instar de beaucoup de pays, est confrontée à de nombreux défis imposés par la nécessité de préserver cette ressource sensible. «Nous sommes tous conscients que l’eau est une ressource rare dans notre pays et que notre climat prédominant est semi-aride, caractérisé par la rareté des pluies», a-t-il insisté. Dans ce sillage, il a tiré la sonnette d’alarme sur la nécessité de valoriser cette ressource à travers la préservation de chaque goutte d’eau produite. «La rareté des pluies nous oblige à redoubler d’efforts pour mobiliser, conserver et valoriser ce que nous produisons. Le gouvernement  n’a ménagé aucun effort pour développer le secteur», a-t-il soutenu. Il a, à cet effet, énuméré les différents projets d’investissement réalisés à dimension régionale, liés aux grands transferts d’eau, en plus de l’augmentation des capacités de stockage, outre le développement des services d’assainissement. «Nous avons lancé plusieurs programmes visant à améliorer le service public de l’eau», a-t-il ajouté.
Le ministre a ensuit rappelé que les investissements réalisés par le gouvernement dans le domaine des ressources en eau non conventionnelles, dont la plus importante est peut-être la réalisation d’usines de dessalement d’eau de mer comme solution durable. «Grâce à ces efforts nous avons pu réaliser onze grandes usines de dessalement d’eau de mer produisant plus de 561 millions de mètres cubes d’eau par an», a-t-il conclu.
Samira Sidhoum