Yémen : Les Houthis rejettent la trêve proposée par Riyad

La communauté internationale a été unanime à saluer le cessez-le-feu «global» proposé  lundi par l’Arabie saoudite  pour mettre fin au conflit dévastateur au Yémen, mais la proposition a été immédiatement rejetée par les rebelles Houthis, qui combattent depuis plus de six ans les forces du gouvernement, appuyées militairement par  Riyad.

Le royaume saoudien a fait plusieurs propositions dont «un cessez-le-feu global dans tout le pays sous la supervision des Nations unies», a annoncé le gouvernement saoudien dans un communiqué. Les rebelles, soutenus par l’Iran, grand rival régional de l’Arabie saoudite, ont estimé que «l’Arabie saoudite doit annoncer la fin de l’agression et lever complètement le blocus (sur le Yémen), car mettre en avant des idées discutées depuis plus d’un an n’a rien de nouveau», selon les propos d’un porte-parole, Mohammed Abdelsalam, faits à la chaîne de télévision Al-Massirah, contrôlée par les Houthis. Riyad a également proposé lundi de rouvrir l’aéroport de Sanaâ, la capitale yéménite tenue par les rebelles depuis 2014, et de relancer les négociations politiques entre le gouvernement yéménite et les Houthis, est-il ajouté dans le communiqué. Les rebelles avaient récemment fait de l’ouverture de tout l’espace aérien et maritime du Yémen, sous contrôle saoudien, une condition préalable à tout processus de dialogue.

Sans surprise, le gouvernement yéménite a, quant à lui, salué l’initiative saoudienne dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères. «Nous voulons que les armes se taisent complètement», a déclaré à la presse le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane, lors d’une conférence à Riyad». L’initiative prendra effet dès que les Houthis l’auront acceptée», a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général des  Nations unies, Antonio Guterres, a salué lundi l’initiative annoncée par  l’Arabie saoudite. «Il ne fait aucun doute que tous les efforts possibles doivent être déployés pour mettre fin au conflit au Yémen et remédier aux souffrances du peuple yéménite, et les Nations unies sont impatientes de continuer à travailler avec les parties concernées pour atteindre cet objectif», a déclaré son porte-parole adjoint, Farhan Haq.

La Ligue arabe s’est pour sa part félicitée lundi de l’initiative saoudienne. «C’est une étape positive pour parvenir à un règlement complet au Yémen, et une mesure qui démontre l’intention positive du royaume et ses efforts sincères pour apaiser les souffrances du peuple yéménite», a déclaré le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, dans un communiqué.

En avril 2020, la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite avait annoncé un cessez-le-feu temporaire au Yémen pour empêcher la propagation du coronavirus, mais les rebelles avaient rejeté cette initiative, la qualifiant de manœuvre politique. La dernière proposition de Riyad intervient dans un contexte de recrudescence des attaques de drones et de missiles menées par les Houthis contre le royaume, notamment contre ses installations énergétiques. Elle intervient également alors que la nouvelle administration américaine de Joe Biden tente de relancer les négociations au Yémen et la nouvelle administration américaine a annoncé la fin de son soutien à la coalition militaire menée par le royaume saoudien.