Charfi : « Les législatives, une issue de secours »

Les élections législatives du 12 juin suscitent dores déjà un engouement inédit de la part des candidats, a affirmé lundi soir le président de l’autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.

« Le partage du pouvoir se fera conformément à la volonté populaire. Le chef de l’Etat a accepté qu’il soit assisté dans sa mission par des personnes jouissant de la légitimité populaire. C’est un bon présage qui confirme le changement des mentalités de nos dirigeants. L’intérêt à la chose politique se fait sentir cette fois-ci par le nombre important des dossiers de candidatures retirés jusque là»,  a-t-il indiqué lors de son passage à la télévision nationale. Le président de l’ANIE va plus loin en affirmant  que la nouvelle loi électorale a renversé les équilibres en remettant l’électeur au centre de l’échiquier gouvernance « puisqu’ il aura toute latitude de choisir librement son représentant». D’autant que ce texte,  a-t-il rappelé, a banni les têtes de listes ce qui garantit la chance à l’ensemble des postulants. Et de rappeler que son instance a la responsabilité de clarifier les modalités d’application du code électoral. « Il y a environ une quarantaine de décisions que le Président de l’autorité doit prendre à cet effet uniquement pour ces élections législatives. J’ai signé une dizaine jusqu’à maintenant et le reste interviendra au fil des étapes de l’opération électorale»,  a-t-il fait savoir. Quant aux questions matérielles, il a indiqué que les formulaires de candidatures ont été préparés bien avant la convocation du corps électoral par le Chef de l’Etat. En tout trois millions de copies ont été imprimés, selon lui. Dans ce sillage, Charfi a annoncé que l’ANIE a lancé une plateforme numérique pour permettre à l’ensemble des citoyens, des candidats et des partis d’avoir des réponses instantanées à leurs préoccupations relatives au scrutin.
Réunion jeudi avec les SG des départements ministériels concernés
Concernant la gestion du nouveau mode de scrutin basé sur les listes ouvertes, il a déclaré que des explications seront fournies à cet effet  par souci de faciliter l’exercice politique. Il a avoué que ce nouveau mode est complexe car il implique des calculs. « Il existe des volets logistiques et organisationnel qu’il faudra assurer. Les mêmes mécanismes de coordination suivis durant la présidentielle seront reconduits. Une réunion avec les secrétaires généraux des départements ministériels concernés par l’opération électorale est prévue pour jeudi afin de discuter des moyens à mobiliser le jour du scrutin. Les membres de la commission de suivi du financement de la campagne électorale seront également de la partie»,  a indiqué Charfi,  rappelant que 16 coordinateurs locaux ont été changés cette fois-ci dans le cadre d’un mouvement visant à apporter une meilleure efficacité au dispositif électoral.  Précisant que le choix a été porté « sur des magistrats connus pour leur neutralité avérée ». Le Président de l’autorité a par ailleurs relevé qu’un protocole sanitaire sera soumis incessamment au ministère de la santé pour approbation.
Pour Charfi  les législatives doivent être «une issue de secours» pour la consolidation de la cohésion nationale.  «Le consensus national commence par des élections libres et transparentes. La concurrence est libre et le choix est entre les mains du peuple »,  a-t-il affirmé,  indiquant qu’une commission a été mise en place pour préparer le statut particulier de l’Autorité, lequel devra accorder une place de choix au côté éthique et déontologique de l’opération électorale.
Karima Alloun