Union des paysans algériens : Une question de souveraineté

Le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, a affirmé qu’en matière de sécurité alimentaire, le tableau n’est pas aussi noir pour l’Algérie, contrairement à plusieurs pays africains et moyen-orientaux.

«Notre pays a réussi à atteindre la première place en Afrique en matière de sécurité alimentaire, selon le classement du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies», souligne le SG de l’UNPA. Son argument ? «Malgré la conjoncture socioéconomique que nous traversons, le marché national n’a enregistré aucune pénurie, à l’inverse de plusieurs pays». Et de rappeler que la sécurité alimentaire est devenue une composante importante de la sécurité nationale et donc de la souveraineté. «La sécurité alimentaire est intimement liée à l’indépendance des Etats, d’autant qu’elle est considérée comme la locomotive du développement économique et social», relève-t-il.
De ce fait, Mohamed Alioui estime que l’Etat doit mettre en place une stratégie nationale pour développer le secteur agricole. «Nous ne pouvons pas parler d’une sécurité alimentaire en approvisionnant le marché national avec des produits importés», affirme-t-il. Dans cette optique, l’effort doit se concentrer, selon lui, sur la filière céréalière et les légumes secs qui n’arrivent pas à couvrir tous les besoins nationaux. Et de rappeler que pour la saison 2020-2021, la production céréalière a enregistré une baisse de 40% causée par le manque de pluviosité. Malgré cette diminution, le SG de l’UNPA se dit optimiste, relevant la politique de l’encouragement des investisseurs nationaux à s’orienter vers le secteur agricole. «Il s’agit d’augmenter la superficie irriguée, le secteur a besoin de l’introduction de nouveaux outils de production et de rompre avec les techniques traditionnelles», note Alioui, signalant qu’aujourd’hui le monde connaît une grande évolution en matière de technique d’exploitation basée sur l’intelligence artificielle comme l’irrigation intelligente. Il rappelle aussi que pour faire face aux changements climatiques, l’utilisation efficace de l’eau par les systèmes d’irrigation de pointe sera d’une importance pour aller vers une agriculture durable et par conséquent vers la sécurité alimentaire, répondre aux besoins nationaux et s’orienter vers l’exportation.
Il a également mis l’accent sur la nécessité d’impliquer toutes les banques dans le financement des nouveaux projets et de renforcer le rôle de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) pour en faire une institution financière au service des agriculteurs. Depuis quelques années, l’UNPA met en relief l’importance d’impliquer la recherche scientifique dans le domaine agricole en menant des études prospectives afin de permettre au secteur de jouer son rôle et d’apporter des solutions pérennes. «L’effort de développement du secteur doit s’orienter également vers les régions du sud algérien», soutient-il.
 Samira Belabed