Histoire : Décès de l’historien et anthropologue algérien Omar Carlier

L’historien et anthropologue universitaire algérien, Omar Carlier, est décédé vendredi à Paris à l’âge de 78 ans, selon ses proches. Spécialiste du Mouvement nationaliste algérien et de Messali El-Hadj, le défunt était chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (Crasc) et enseignant à Paris.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire contemporaine algérienne, dont « Le corps du leader: construction et représentation dans  les pays du Sud », et son importante thèse intitulée « Socialisation politique et acculturation par la modernité, de l’étoile Nord-africaine au front de libération nationale de 1926 à 1954 ». Il avait quitté l’Algérie en 1993 pour Paris où il a occupé des postes d’enseignant universitaire à Clermont Ferrand puis à la Sorbonne avant d’être recruté comme maître des conférences à Paris 7 jusqu’à sa retraite en 2013.
Etabli en Algérie en 1968 dans le cadre de la coopération, il s’était installé à Oran comme enseignant de droit et de sciences politiques. Né en 1943 d’une famille catholique conservatrice au Val d’Oise dans la région parisienne, le défunt qui se prénommait Jean-Louis, s’est converti à l’islam en prenant le nom d’Omar.