Assises nationales sur l’économie de la connaissance,Tebboune: «Sortir de l’économie de rente et aller vers une économie diversifiée»

Le Président de la République a joint l’acte à la parole en ce qui concerne la  politique économique, lui qui avait promis un changement radical à travers la mise en œuvre d’un nouveau modèle fondé sur la connaissance et l’innovation en totale rupture avec l’ancien système entièrement dépendante de la rente.

Dans son allocution à l’ouverture des travaux des Assises nationales sur l’économie de la connaissance, lue en son nom par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, le chef de l’Etat a mis l’accent sur l’impérieuse nécessité de passer le cap en se libérant «de l’économie rentière» et aller vers une économie diversifiée, créatrice de richesses et l’encouragement de la compétitive et de l’innovation, une économie où la ressource humaine sera la base du développement. M. Tebboune s’est dit entièrement convaincu que ce modèle repose sur l’investissement dans le facteur humain, soulignant que le changement du paradigme du développement ne se fera qu’avec une vision prospective tournée vers l’avenir et avec des mesures et des mécanismes concrets à court et moyen terme. Pour le Président, il faut saisir cette occasion de l’existence d’une forte volonté politique de l’Etat pour concrétiser cette transition économique. Le chef de l’Etat a soutenu que le programme de l’Etat visant la mise en place de l’économie de la connaissance a été façonnée après une étude profonde et un diagnostic minutieux tenant compte de la situation et sur une base d’une vision prospective élaborée en concertation avec tous les partenaires sociaux et l’implication des  experts en la matières en prenant en considération l’impérieuse nécessité d’adopter une modèle économique évolué et extrêmement développé, axé sur l’innovation.

Un système éducatif de qualité

Dans ce sillage, M. Tebboune a annoncé que ce programme porte sur la préparation d’un plan qui place la qualité et l’efficacité au cœur du système éducatif, outre l’encouragement de l’enseignement des matières scientifiques, techniques et technologiques, en les mettant à jour et en les adaptant à l’environnement économique et social du pays. Ce programme repose, entre autres, sur le développement des pôles d’excellence en partenariat avec l’institution économique, pour être au diapason du développement des sciences et des nouvelles technologies, de manière à développer l’économie nationale et à satisfaire ses besoins. L’axe relatif au «renforcement de la recherche scientifique et technologique et au soutien de la coopération entre les universités, les centres de recherche et les entreprises économiques», est aussi l’un des principes adoptés dans la concrétisation du programme dédié à l’économie de la connaissance, poursuit M. Tebboune. Et comme ce modèle repose sur l’investissement dans le facteur humain et la richesse du pays, le Président a mis en avant les mesures prises dans ce sens, notamment l’installation du Conseil national de la recherche scientifique et des technologies, la mise en place de textes juridiques relatifs au plan de développement pluriannuel pour la mise en œuvre des programmes nationaux de recherche scientifique et de développement technologique. M.  Tebboune a  souligné que la mise en œuvre de ce programme est une preuve de la ferme volonté de l’Etat de concrétiser cette transition économique qui doit se faire d’une façon extrêmement étudiée à travers des mesures tangibles à l’image de l’investissement dans les ressources humaines et dans les infrastructures de base des technologies de l’information et de la communication. Dans ce contexte, il a affirmé que l’Algérie possède de réelles  capacités dans le domaine de l’économie de la connaissance. le chef de l’Etat citera l’existence de plus de 1.600 laboratoires de recherche répartis sur 109 établissements universitaires, deux centres d’innovation et 12 plateformes techniques pour les analyses physiques et chimiques, supervisées par plus de 62.000 enseignants-chercheurs et 2.200 chercheurs permanents. L’Algérie compte également plus de 78 maisons de l’entrepreneuriat et de 44 incubateurs, ajoute M. Tebboune, mettant en relief également les  principales réalisations obtenues, à savoir le parc technologique et le pôle universitaire de Sidi Abdellah et les écoles supérieures lancées dans des spécialités liées à l’économie de la connaissance et de l’innovation, ainsi que les écoles supérieures des mathématiques, de l’intelligence artificielle, de la robotique et des énergies renouvelables, créées dans plusieurs villes.

Un choix sans retour

Pour le Président, la diversification de l’économie et le changement du modèle économique sont un choix sans retour avec comme locomotive l’économie de la connaissance. Le chef de l’Etat a rappelé, dans ce sens  la création du fonds dédiée aux start-up, le lancement des services de légalisation et de signature électroniques. Il dit que l’Etat accorde une importance capitale pour améliorer le climat des affaire des start-up à travers la lutte contre la bureaucratie et l’accélération du processus de numérisation au niveau de tous les départements ministériels et les institutions de la République, notamment celle avec le service public et l’investissement. Le Président a souligné que la concrétisation du programme, dédié à l’économie de la connaissance, requière, également, le renforcement de la recherche scientifique et technologique et au soutien de la coopération entre les universités, les centres de recherche et les entreprises économiques. Le Président Tebboune a mis l’accent sur «la nécessité de revoir l’approche d’emploi, à travers le soutien de l’entrepreneuriat et la consolidation de l’esprit d’initiative chez les jeunes», insistant sur «l’accélération du processus de transformation numérique, à l’effet de consolider la bonne gouvernance et moraliser la vie publique à tous les niveaux .In fine, il a soutenu que notre pays est confronté aujourd’hui à des défis majeurs pour passer d’une économie rentière à une économie productrice de richesses, soulignant la rupture avec les anciens modes.

Amokrane H