JSK: Battre le RCR pour éviter l’implosion

Ce mardi après-midi à 15 h au stade du 1ernovembre de Tizi-Ouzou, les Kabyles en découdront avec le RC Relizane dans le cadre de la mise à jour de la 14ème journée du championnat professionnel ligue1 Mobilis. 

Une rencontre qu’ils se doivent de remporter pour éviter l’implosion. Mais pas que! La victoire leur est impérative pour aller défier le RS Berkane (Maroc), le tenant du titre de la coupe de la CAF chez lui le 04 avril prochain. Une victoire plus que nécessaire pour faire oublier les deux contre-performances des deux dernières sorties at-home face au PAC (1-1) et le CSC (0-1). Il faut dire que depuis quelques jours l’euphorie née de la série de résultats positifs a cédé la place à une ambiance et un climat délétères. Les lendemains de la défaite face au CSC n’ont guère étaient enchanteurs. Une situation née de la crise financière que connaît le club qui a du mal à honorer les salaires et primes des joueurs. Exaspérés par cette situation, ces derniers ont exprimé leur courroux par des actions «sociales» en refusant le travail. En effet, les Kabyles ont refusé dimanche dernier de s’adonner à la séance d’entraînement prévue pour la matinée le matin même. Ils ont tout simplement boudé les entraînements et refusé de rejoindre le terrain. C’est une manière pour eux de faire entendre leurs voix aux dirigeants quant au non paiement de leurs primes et salaires en souffrance depuis un moment déjà.
Les joueurs demandent à être rassurés
En fait, tout avait commencé le lendemain de la défaite face au CSC. Ce jour-là, le coach Lavagne avait prévu deux séances d’entraînement. La première pour ceux qui n’avaient pas joué la rencontre et ceux qui avaient joué moins d’une demi-heure. La seconde concernait pour ainsi dire les titulaires de la veille ayant disputé plus d’une heure. Si pour la première séance les joueurs ont eu à travailler le plus normalement du monde, la seconde qui consistait  en la traditionnelle séance de décrassage de lendemain de match ne s’est pas concrétisée. Les joueurs en question avaient refusé de reprendre le terrain. Toutefois, ils ont tout de même «assuré» la séance remise en forme qui  consistait en une balnéothérapie (piscine et sauna) effectuée au niveau du centre de remise en forme du parc d’attraction «Tamaghra» à la nouvelle ville de Tizi-Ouzou. Alors que d’aucuns pensaient que tout était rentré dans l’ordre, ne voit-on pas les joueurs revenir à la charge et bouder à nouveau la séance du dimanche matin. Ils ont demandé, voire exigé, à rencontrer les dirigeants à leur tête le président Mellal. Ce dernier   eu à écouter longuement les joueurs qui lui ont fait part de leur détermination à aller au bout de leur action de surseoir aux entraînements tant qu’ils ne sont pas régularisés. Selon certaines indiscrétions et informations ayant filtré de cette rencontre, un consensus aurait été trouvé. A savoir le paiement des arriérés de primes en attendant ceux des salaires. S’agissant de ces derniers, le président leur aurait promis de percevoir au moins deux salaires pour l’après-match de coupe de la CAF prévu le 04 avril prochain à Berkane (Maroc). La rencontre s’étant terminée sur les coups de midi, la séance prévue a été annulée et les joueurs se sont donné rendez-vous pour l’après-midi avec le staff médical pour la séance de soins musculaires et de remise en forme et autres blessures. Le groupe a été scindé en deux par le même staff médical. Toutefois, ils ont prévenu la direction qu’au cas de non régularisation de leur situation, ils feraient l’impasse sur la séance d’entraînement de ce lundi, veille de match de retard face au RCRelizane. Mais des assurances leur ont été données par la direction quant à la perception des primes promises et la reprise devait se faire le plus normalement.
Les Fans de l’étranger se mobilisent
Devant cette situation délicate que vit le club, les fans, notamment ceux résidant à l’étranger se sont de suite mobilisés pour lui venir en aide. Des USA, du Canada, de France et d’un peu partout, la diaspora de la JSK a lancé une opération de collecte de fonds pour soutenir et venir en aide à son équipe chérie. Une mobilisation qui a rapidement ait grimper le montant de cette cagnotte lancée au passage par une association basée à l’étranger et dont le président d’honneur n’est autre que Iboud, le porte-parole de la JSK et emblématique capitaine du Jumbo-jet.Il reste que cette situation et ces derniers événements sont loin de ravir les fans qui sont tout de même inquiets du devenir de ce grand club.
Rachid Hammoutène