Ligue 2 : 8 entraîneurs sacrifiés à l’Ouest

Les entraîneurs exerçant dans les clubs relevant  du groupe « Ouest » de la ligue deux de football n’ont pas échappé à la valse qui marque leur corporation depuis plusieurs années, puisque pas moins de huit d’entre eux ont été contraint de quitter leurs postes après seulement huit journées de compétition.

Cinq parmi les huit entraineurs en question se sont vus signifier leur fin de mission de la part des directions des clubs concernés, pour  « mauvais résultats ». C’est le « chevronné », Abdellah Mecheri, qui a ouvert le bal en étant  limogé par la JSM Tiaret après seulement deux journées. Le fait que ce technicien ait contribué grandement dans le retour d’Ezzarga dans le  championnat du deuxième palier après plusieurs années passées dans les divisions inférieures ne lui a pas suffi pour éviter ce triste sort. Un autre promu en Ligue deux, à savoir, le CRB Aïn Ouessara, n’a pas hésité à son tour de mettre fin aux fonctions de son entraîneur, Mourad Zerrouk, après seulement quelques journées du début du championnat.  Le même sort a été réservé aux entraîneurs de l’OM Arzew, du CR Témouchent et de l’US Remchi, respectivement, Krachai Bouazza, Hadj Merine et Benayad Abdelouahab. Pour leur part, trois coachs ont préféré jeter l’éponge pour diverses raisons. Allusion faite à Zaoui Samir (JS Aïn Defla), El Hachemi Ghouilem (MC Saïda) et Kamel Mouassa (ASM Oran). Pour le dernier nommé, il a quitté les commandes techniques de la formation oranaise au bout de trois journées, avant même qu’il ne paraphe son contrat. Il a rejoint l’USM Blida, pensionnaire du groupe Centre de la même division, rappelle-t-on. Avant la 9e journée, prévue ce mardi, seulement quatre entraîneurs bénéficient encore de la confiance de leurs dirigeants respectifs. Il s’agit de Nassim Sefraoui (IRB El Kerma), Moussa Dahmani et Sid Ahmed Slimani (SKAF Khemis).