Mobilisation contre la spéculation sur les produits de large consommation

A quelques jours du mois sacré de Ramadhan, les prix des produits de large consommation enregistrent une hausse excessive, suscitant le désarroi des consommateurs. En outre, la pénurie de certains produits, à l’instar de l’huile de table, complique la situation malgré les assurances des pouvoirs publics.

Invité de la Radio nationale Chaîne I, Ahmed Mokrani, directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au ministère du Commerce, rassure sur la disponibilité de tous les produits en question, précisant que les préparatifs du mois sacré ont commencé depuis janvier dernier, sachant que «le ministère du Commerce assure l’alimentation du marché tout au long de l’année et pas seulement pendant le mois de Ramadhan». Il ajoute que tous les secteurs concernés ont pris les mesures nécessaires pour garantir la disponibilité des produits sur le marché. Il précise, en outre, que le mois de Ramadhan intervient pendant de cueillette de plusieurs légumes et fruits. «Ce qui donnera, explique-t-il, une abondance à des prix accessibles». En termes de chiffres, il avance qu’une quantité de 117 quintaux de blé alimenteront quotidiennement  les minoteries, en plus du quota mensuel qui est de 317.000 quintaux. «A propos du sucre, l’huile de table et la poudre de lait, les  réserves couvriront les besoins du marché pendant 3 mois», a encore déclaré Mokrani. Toutefois, il déplore le comportement de commerçants «indélicats», lesquels, dit-il, profitent de  cette situation de crise pour alimenter la spéculation et réaliser des profits aux dépens des citoyens. Pour réguler le marché en cette période, il annonce la mobilisation de 9.000 agents de contrôle, en coordination avec les organisations de protection des consommateurs et les forces de l’ordre, pour vérifier la marchandise et les dépôts. «L’Etat utilisera tous les mécanismes pour dissuader de tels comportements et réguler le marché,  en éliminant les marchés informels», ajoute-t-il.  Il fait savoir par ailleurs qu’une large campagne de sensibilisation sera lancée en partenariat avec toutes les organisations de protection des consommateurs, et ce, dans le but de prévenir toute spéculation et monopole à quelques jours du mois de Ramadhan.
Réunion d’une commission intersectorielle
Pour sa part, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce), Mustapha Zebdi, appelle les consommateurs à mettre fin à la frénésie des achats des denrées alimentaires. Selon lui, «ces agissements irréfléchis  provoquent des pénuries et donc une hausse des prix». Il a appelé en ce sens les citoyens à la rationalisation des dépenses, tout en évitant les achats compulsifs. Zebdi souligne par ailleurs «l’absence d’un cadre juridique pour l’organisation du marché». Dans un autre volet, Mokrani annonce la réunion ce mardi d’une commission intersectorielle pour finaliser les mesures prises pour le mois sacré. Il s’agira de la régulation et de l’approvisionnement du marché en produits de large consommation, de l’organisation des marchés de proximité et de l’élaboration du programme de permanence pendant les deux jours de l’Aïd. Néanmoins, les Algériens devraient faire preuve de citoyenneté en recourant au numéro vert mis à leur disposition par le ministère du Commerce pour dénoncer toute spéculation constatée, et ce,pour lutter contre les pratiques fallacieuses opérées par les commerçants.
Samira Azzegag