Le ministère du Commerce lance une enquête pour contrecarrer les spéculateurs

Le directeur général de l’organisation et de la régulation des marchés au ministère du Commerce, Samy Kolli, a assuré que les produits de large consommation seront disponibles durant le mois de Ramadhan et en quantité suffisante.

Pour ne citer que les fruits et légumes, ce responsable a indiqué qu’une quantité de 1,6 million de tonnes sera mise sur le marché, précisant que le mois sacré coïncide avec la période de la récolte de plusieurs produits de saison, tells que la pomme de terre. Intervenant, ce lundi, sur les ondes de la Radio nationale, le responsable a fait savoir que la pénurie de certains produits constatée ces derniers temps, notamment en l’huile de table, est le fait des spéculateurs. Il a informé qu’une enquête a été diligentée en vue d’élucider les raisons des tensions constatées sur certains produits et mettre le doigt sur les abus relatifs aux positions dominantes. Cette enquête, dont les résultats vont être rendus publics, a-t-il promis, touchera aussi bien l’huile, le sucre, les pâtes alimentaires que la tomate concentrée.  Il a annoncé, à l’occasion, la dynamisation  de l’observatoire des prix, lequel devra vérifier, au quotidien, les prix affichés sur le marché. Il a indiqué que concernant l’huile de table, le retour à la normale a été observé, précisant qu’il ne s’agit nullement de pénurie. Il a fait savoir que les capacités de production sont de 3.350 tonnes par jour à travers cinq opérateurs.  «Alors que les besoins nationaux sont estimés à 48.000 tonnes par mois, nous avons enregistré au mois de   janvier une production de huile de 52.000 tonnes et  53. 000 tonnes durant le mois de février. Nous avons une quantité de 94.000 tonnes de produits bruts, de quoi couvrir nos besoins jusqu’au mois de juillet, comme nous avons des quantités de produits finis de quoi constituer des stocks stratégiques et de sécurité. Pour le sucre, nous avons une capacité installée de 3.550 tonnes par jour, alors que les besoins sont de l’ordre de 2.800 tonnes. C’est ce qui nous a permis, d’ailleurs, de procéder à l’exportation de ces produits», a-t-il déclaré, tout en appelant les commerçants indélicats à se conformer à la loi. Le consommateur, quant à lui, est appelé à changer son comportement et adopter des modes de consommation durable, a insisté le représentant du département de Kamel Rezig. Pour le mois de Ramadhan, il a souligné que concernant les viandes rouges, outre les dispositions d’importation de quantités d’appoint, des quantités vont parvenir du sud du pays disposant de grand potentiel pour approvisionner le marché à travers le territoire nationale. Pour ce qui est de l’importation, il a affirmé que les origines de pays n’ont pas été arrêtées et que les importateurs ont le libre choix, à condition qu’ils réunissent les conditions requises.
Mise en garde
  En mettant en garde les commerçants, grossistes et tout intervenant dans l’activité commerciale, que le contrôle sera rigoureux et intransigeant en cas de pratiques contraires à la loi. Il a fait savoir que des brigades mixtes regroupant les services de contrôle du commerce et ceux de la sûreté nationale veilleront à contrecarrer toute pratique frauduleuse, notamment celle ayant pour objectif de faire des rétentions et de  créer une tension sur le marché. Il a fait savoir que plus de 9 tonnes de poulets et 59 tonnes d’huile ont été saisis dernièrement. Durant les deux premiers mois de l’année en cours, les services de contrôle ont établi  250.785 opérations qui ont permis la constatation de 20.654 infractions, lesquels ont donné lieu à 19.435 poursuites judicaires. A la question de savoir les motifs de la flambée de certaines produits,  principalement la viande blanche, le directeur de la régulation a indiqué qu’il s’agit essentiellement des prix boursiers qui ont connu une ascension sur le marché international, la baisse de la valeur du dinar et de l’augmentation vertigineuse qu’a connue le transport maritime. Pour appuyer ses dires, il a fait savoir que le transport d’un conteneur de 4 pieds qui était à la fin 2019-2000 de 4.000 dollars est passé 17.000 dollars. En termes de régulation, il a fait savoir que le ministère œuvre à renforcer les infrastructures en récupérant 632 marchés inexploités, réformer le conseil de concurrence.
Wassila OuldHamouda