Enseignement supérieur et tourisme : Création d’une commission de recherche scientifique

Une commission sectorielle permanente, composée d’académiciens, d’experts et d’instituts de formation, a été mise en place par le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, Ali Boughazi, et le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane.

«Nul n’ignore que la recherche scientifique est un élément déterminant pour toutes les institutions universitaires et les entreprises économiques, et le secteur du tourisme ne peut évoluer sans améliorer ses services pour satisfaire les besoins des clients. Chose qui nécessite une formation adaptée», estime Boughazi, signalant que l’économie, la commercialisation et le management touristiques sont, aujourd’hui, enseignés. Pour lui, le contrôle des marchés touristiques passe par la science et par une technologie très pointue ou ce qu’on appelle la tourismologie. «Il est impératif que le tourisme national s’inscrive dans cette approche scientifique, et c’est dans ce cadre que cette commission est mise en place. Le but est d’avoir une vision de la modernisation du système de formation dans ce secteur, via notamment la création d’espaces technologiques dans le domaine du tourisme et de l’artisanat et du travail familial, et ce, afin d’accompagner tous les acteurs concernés par des études nécessaires pour améliorer la qualité de leurs activités», a-t-il dit, précisant que cette commission n’est qu’une première étape et sera confortée par d’autres démarches en faveur des écoles et centres de formation. Il a estimé, en outre, que l’artisanat étant considéré comme une industrie par les pouvoirs publics, il sera nécessaire de l’introduire également dans le système de la recherche scientifique et d’utiliser des matières premières qui soient mieux adaptées à l’environnement dans le cadre du développement durable. Les deux secteurs ont signé, par ailleurs, une convention cadre dans le but d’identifier un cadre de travail, de coordination et de coopération dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, englobant formation et recherche. «Cette convention est une étape importante pour bénéficier de l’expertise des laboratoires de la recherche scientifique nationale», a soutenu Boughazi. Le ministre de l’Enseignement supérieur a souligné, pour sa part, que cette convention va permettre l’établissement d’un partenariat entre les deux secteurs, facilitant ainsi la création d’espaces d’échange et l’exploitation des capacités, des expertises et des programmes de formation de l’enseignement supérieur dans le domaine du tourisme. «Il sera question notamment d’introduire de nouvelles filières d’enseignement dans le tourisme et l’artisanat, d’organiser des stages pédagogiques dans le cadre de la formation continue, des séminaires et des congrès scientifiques, d’échanger les expériences et de créer des laboratoires et des groupes de recherche scientifique mixtes», a-t-il fait savoir.
Farida Belkhiri