Boukadoum : « L’Espagne a une responsabilité historique au Sahara Occidental »

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri  Boukadoum, a exhorté le gouvernement espagnol à s’impliquer davantage dans le processus de règlement du conflit du Sahara occidental, soulignant que l’Espagne ne pouvait faire fi de sa responsabilité historique vis-à-vis du peuple sahraoui.

Dans un entretien au quotidien espagnol « Elpais », paru, ce mardi, M. Boukadoum a déclaré qu’ »il n »est pas aisé » de gérer la situation sur le  terrain au Sahara occidental après la rupture par le Maroc du cessez-le-feu, indiquant que « l’Espagne ne pouvait se cacher indéfiniment derrière les Nations Unies ».  Pour le chef de la diplomatie algérienne, l’Espagne doit intervenir. « Je sais que c’est compliqué, mais nous ne pouvons laisser les choses telles quelles 40 ans encore », a-t-il soutenu. Invité à commenter la position de l’Espagne sur la question sahraouie et si Madrid était suffisamment impliqué dans ce conflit, le ministre a répondu : « Je n’ai pas de leçons à donner. L’Espagne ne peut s’exonérer de sa responsabilité historique (…) Il faut que sa position soit plus claire », a-t-il insisté.  » Il y a des combats et des morts. C’est dramatique car tous les Sahraouis  ont de fortes racines en Espagne, je n’ai rencontré personne qui n’ait pas de connexion, y compris les jeunes. Tous parlent espagnol. C’est une question que nous devons aborder plus sérieusement. On prend une résolution, puis une autre … qui ne mène à rien, seulement au blocage et on sait déjà qui bloque. Certains pays passent leur temps à insulter », a-t-il dénoncé.  Le ministre des Affaires étrangères, a effectué, lundi, une visite de travail à Madrid à l’invitation de son homologue espagnole, Arancha Gonzalez Laya.