Sonelgaz s’attend à des pics de consommation durant le Ramadhan et l’été

Sonelgaz a pris toutes ses dispositions afin de répondre à la demande, notamment d’électricité, durant le mois de Ramadhan et la période estivale. Selon les besoins prévisionnels, la société nationale prévoit d’enregistrer un pic de consommation de 16.450  Mégawatts (MW) en cas de chaleur saisonnière ordinaire et 17.300 MW en cas de chaleur exceptionnelle.

La courbe est ascendante comparativement aux étés 2019 et 2020, durant lesquels ont été  enregistrés respectivement, 15.656 MW et 14.714 MW. Le pic attendu pendant le mois sacré oscille entre 8.500 et  9.000 MW contre 208 MW dans le Grand-Sud. Dans le pôle In Salah- Adrar-Timimoun, le pic prévu durant le Ramadhan se situe entre 190 et  310 MW. «Il y a nécessité de mobilisation des efforts et des moyens pour faire face à la demande galopante en électricité», a souligné, ce mardi à Alger, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, lors d’une allocution prononcée à l’occasion du regroupement des managers des sociétés métiers filiales du groupe Sonelgaz. Le ministre a rappelé les priorités fixées par le président de la République, à savoir «la satisfaction des besoins énergétiques fondamentaux des populations et du pays et d’assurer aux citoyens un cadre de vie de qualité, à travers la garantie de l’accès à l’électricité et au gaz». Dans cette optique, le ministre a insisté pour que l’effort de raccordement de la population en énergie soit poursuivi avec une focalisation sur le désenclavement des zones d’ombre et le raccordement des activités créatrices de richesses et d’emplois, notamment pour les secteurs de l’agriculture et de l’industrie. Pour ce qui est du premier point, le P-DG de  Sonelgaz, Chaher Boulekhras, a relevé qu’en matière de raccordement des zones d’ombre, plus de 3.000 projets  d’électricité (33.000 foyers) et plus de 1.670 projets gaz (152. 000 foyers) ont été réalisés. A noter qu’une liste de 5.684 zones d’ombre a été retenue pour le raccordement en électricité et 4.800 en gaz. Pour ce qui est des exploitations agricoles,  Boulekhras a indiqué que sur les 3.886 demandes de raccordement des exploitations agricoles «nous avons terminé les études de plus de 3.400 projets et avons réussi la réalisation des travaux de plus de 1.940 demandes, ce qui donne un taux de réalisation de 72%». Pour 2020, un montant de 2.874 millions de DA a été dégagé pour le raccordement de 451 exploitations. L’objectif est d’électrifier  plus de 46.000 exploitations agricoles. Sur les 1.647 demandes reçues en matière de raccordement des investisseurs, les projets ont été menés à terme à hauteur de 63%, a précisé le P-DG.
Définir un modèle énergétique efficient
Tout en saluant ces efforts, Arkab a insisté sur le respect des délais de réalisation des ouvrages énergétiques nécessaires pour garantir une alimentation continue et de qualité durant cet été. Il a attiré l’attention des responsables du groupe sur le retard enregistré dans la réalisation des ouvrages de transport, ce qui a, selon lui,  un impact direct sur le bon fonctionnement du système national de production et transport de l’électricité. Le ministre a, en outre, rappelé que  l’Algérie se trouve confrontée à un choix dans sa transition économique et énergétique. «Nous devons faire face à la demande croissante en énergie tout en assurant l’avenir des générations futures en matière d’approvisionnement  énergétique et nous devons contribuer à l’amorçage d’une dynamique d’émergence d’une énergie propre, indispensable pour définir un modèle énergétique efficient  qui assurera une transition énergétique progressive et réussie», a-t-il souligné. Et Sonelgaz est un acteur principal dans cette optique de transition. De ce fait, il a insisté sur la valorisation de la ressource humaine, la généralisation de la formation et la gestion des carrières des effectifs au nombre de 93.000 travailleurs et collaborateurs. Dans ce sillage, Boulekhras a mis en relief les grands axes de la stratégie du groupe 2035 dont l’objectif est de rendre l’organisation du groupe plus flexible, responsable, moderne et solide. Il est aussi question d’accroître le taux d’intégration national ainsi que les investissements du groupe qui se poursuivront «puisque nous prévoyons la mise en service  d’une capacité totale de plus de 3.700  MW qui viendront renforcer notre parc de production en 2021 dont 2.800 MW d’ici cet été». Evoquant la numérisation, il a souligné que tous les services Sonelgaz seront digitalisés d’ici à 2026.
Wassila OuldHamouda