Abdelghani Seffal, PDG de S. Five Groupe : «Des exportations vers le Kenya pour commencer»

«Des exportations vers le Kenya pour commencer»

Dans cet entretien, le P-dg de S. Five Groupe fait part de son ambition de s’ouvrir à l’international et d’exporter ses solutions vers l’Afrique. Il cible, pour commencer, le marché du Kenya et avec ses partenaires, il prépare son entrée dans d’autres marchés sur le continent africain.

 

Vous dites que le marché de l’environnement est pratiquement monopolisé par les importateurs, une explication ?
La concurrence dans ce domaine est totalement étrangère. Les équipements utilisés sont généralement importés et à ma connaissance, il n’existe pas, actuellement, de concurrents locaux à l’échelle nationale. Par ailleurs, les clients de S.Five Groupe sont principalement des clients publics qui importaient auparavant des équipements de l’étranger.  Vu les nouvelles exigences du code de marché qui favorise la production nationale, on commence à ressentir un certain changement dans le comportement des clients qui vont de plus en plus vers ce qui est fabriqué localement. En fait, la demande varie selon les besoins du marché et pour notre part, on essaie de satisfaire et de fidéliser nos clients. Il faut dire qu’on dispose d’une équipe technico-commerciale qui a le don de dénicher les marchés et les clients. A nos débuts, notre base de données ne dépassait pas une vingtaine de clients alors qu’aujourd’hui, on dépasse les 6.000.
Mais les importateurs ont toujours le monopole..
C’est vrai. C’est une contrainte majeure. Les entreprises de réalisation hydraulique privilégient toujours les équipements importés alors qu’il y a une grande différence entre payer ces équipements en dinars et les payer en devise. On fait face également à une autre contrainte, à savoir les coûts énormes de l’homologation et de la certification de nos équipements.
Des actions à l’export en perspective ?
L’eau est devenue une ressource de plus en plus rare, la préservation et la régénération de cette ressource est primordiale. Dans ce contexte S.Five Groupe essaye de contribuer à réduire au maximum la pollution grâce à ses technologies et à ses équipements de pointe destinés au traitement des eaux ici et ailleurs. Actuellement, on possède un potentiel qui nous permet de nous lancer dans des actions à l’export et un plan d’action a été élaboré dans ce sens avec nos partenaires au Maroc, au Sénégal et en Côte d’ivoire. En ce moment, on compte placer nos équipements au Kenya. Par le passé, on avait expérimenté l’exportation, mais cela n’avait pas donné de très grands résultats. Aujourd’hui, on est prêt à retenter le coup et on prend part à de nombreux événements et salons internationaux à l’étranger. On est déjà inscrit, en outre, sur la plateforme de labellisation des projets innovants et on eu beaucoup de discussions avec le ministre délégué chargé de l’économie de la connaissance et des Startups autour de notre développement au niveau local et international.
F.B.