Un rapport du Département d’Etat américain sur les droits de l’Homme accable le Maroc

Un rapport du Département d’Etat américain  sur les droits de l’Homme pointe une situation peu reluisante au Maroc, et dévoile des cas de torture, disparitions forcées, et graves restrictions à la liberté d’expression dans lesquels seraient impliqués des membres des forces de sécurité.

Des membres des forces de sécurité ont commis certains abus relatifs aux droits de l’Homme, dont la torture, de graves restrictions à la liberté  d’expression et la corruption, révèle le rapport 2020 du Département d’Etat sur la situation des droits de l’Homme dans le monde, rendu public mardi à Washington. Le rapport déplore le « peu d’enquêtes ou de poursuites pour violations des droits de l’Homme par des fonctionnaires, que ce soit dans les services de sécurité ou au sein du gouvernement ». S’appuyant sur le rapport annuel du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées, de mai 2018 à mai 2019, le rapport, note, que le pays comptait 153 cas de disparitions forcées en suspens entre 1956 et 1992. Il y est indiqué aussi, que le Conseil national des droits de l’Homme marocain (CNDH) avait ouvert des enquêtes sur 28 plaintes pour torture ou traitements dégradants entre le 1er janvier et le 31 août. Le rapport note également, que « le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, des organisations non gouvernementales de défense des droits de l’Homme et des médias ont documenté des cas de non-respect par les autorités des dispositions de la loi anti-torture, y compris le défaut de procéder à des examens médicaux lorsque des détenus alléguaient des actes de torture ». Selon un rapport de l’administration pénitentiaire marocaine en mai, les prisons surpeuplées sont devenues une préoccupation majeure au cours de la pandémie de Covid-19.  Le 27 mars, environ 150 associations et militants des droits de l’Homme ont signé une pétition demandant de libérer des « prisonniers d’opinion », ceux du Hirak du Rif de 2016-2017.