Djerad : «L’Etat soutient l’artiste et l’investissement privé dans le domaine culturel»

Le Premier ministre a procédé, ce samedi à Alger, à l’ouverture officielle du Forum de l’économie culturelle qui vise à favoriser l’échange de connaissances et d’expériences entre experts internationaux et Algériens et entre artistes et porteurs de projets culturels et artistiques.

Dans son allocution, Abdelaziz Djerad est revenu sur «la nécessité de coordonner les efforts pour assurer la transition d’un secteur de la culture de consommation qui constitue une charge pour le budget de l’Etat vers un secteur économique qui produit de la richesse, sauve des emplois et à même de permettre au pays de retrouver sa place dans le système touristique mondial». Il a, ainsi, réitéré «la volonté de l’Etat à soutenir les investissements, notamment privés et les orienter vers la création de grands espaces culturels» et pourquoi pas, souligne-t-il, «des villes de production cinématographique». Dans cette perspective, il a invité tous les acteurs du secteur à entreprendre des initiatives pratiques pour activer l’économie de la culture en renforçant son rôle éducatif et consacrer une complémentarité entre l’établissement éducatif et l’établissement culturel public. Il s’agit aussi, affirme-t-il, «de veiller à l’amélioration du statut de l’artiste, en lui assurant une protection sociale et en faisant la promotion du tourisme culturel qui est en mesure de soutenir le tourisme national et de contribuer à attirer les touristes étrangers». Il est, pour lui, important d’investir dans la relation étroite entre la culture et le développement du tourisme, en donnant un contenu culturel qui valorise le patrimoine, les sites archéologiques, les musées et les villes antiques. Un effort qui a, toutefois, besoin «d’une stratégie solide qui garantit toutes les conditions de succès pour parvenir à un développement durable, à commencer par l’investissement dans les infrastructures et la réhabilitation des ressources humaines», a indiqué M. Djerad, lors de cette rencontre, qui se tient sous le haut patronage du Président de la République et en présence un certain nombre des membres du gouvernement. Le Premier ministre a, également, appelé à «organiser et à redynamiser le marché de la production culturelle et à accompagner les acteurs du secteur dans l’adaptation de leurs activités au développement technologique, notamment en ce qui concerne les livres numériques et le commerce électronique qui offre un espace important pour le marketing». M. Djerad tient, dans ce sillage, à rappeler les mesures prises par le gouvernement dans ce domaine, à savoir «le soutien aux producteurs de l’industrie cinématographique et culturelle, l’encouragement de l’expertise nationale, la mise en place de structures de base pour l’industrie cinématographique et théâtrale dont des studios d’enregistrement et des salles d’exposition, la promotion des activités culturelles dans le milieu scolaire et assurer un environnement approprié pour la créativité artistique».
145 millions de DA aux producteurs et aux sociétés culturelles
Le Premier ministre a également passé en revue certaines des réalisations du secteur dont «le lancement des plateformes de vente de toiles et de livres par voie électronique afin d’accompagner les artistes et créateurs à organiser le marché de l’art, l’ouverture des ateliers de recherche archéologique dans les sites témoins des 23 nouvelles découvertes et des mesures urgentes de protection des biens culturels découverts ou récupérés». A cela vient s’ajouter «le lancement de l’exploitation économique des sites archéologiques et des monuments historiques, similaire à l’expérience modèle de la Citadelle d’Alger», a-t-il fait savoir avant de rappeler le soutien de l’Etat accordé aux producteurs et aux sociétés culturelles. Nous apprenons, ainsi, que ces derniers ont bénéficié d’une aide financière de plus de 154 millions de DA en 2020. M. Djerad a, enfin, annoncé l’achèvement bientôt «du texte de loi qui réglemente la relations de travail pour l’artiste et le dramaturge», ce qui constitue une «grande réussite». Les travaux de ce forum, organisé par le ministère de la Culture et des Arts sous le slogan «La culture est un investissement économique et sociétal», s’articulent autour de plusieurs axes, tels que les mécanismes de financement des investissements dans le secteur de la culture et des arts, la commercialisation de la culture en tant que produit et son rôle dans le mouvement économique. Malika Bendouda, ministre de la Culture et des Arts, a, dans ce cadre, expliqué que «la culture qui est notre identité, notre belle enseigne et notre comportement quotidien est à l’origine de notre cohésion sociale». La culture doit intégrer, selon elle, «la logique économique qui saura la prendre en charge, la préserver et la vulgariser». Ce premier Forum vient, rappelle Bendouda,«concrétiser un des engagements culturels du Président de la République qui consiste à développer l’industrie cinématographique, accorder des avantages fiscaux et prendre en charge la situation socio-professionnelle des artistes». Ces engagements, poursuit-elle, «sont en droite ligne avec le plan d’action du gouvernement qui vise à diversifier l’économie nationale et redynamiser l’ensemble des secteurs économiques». «Nous sommes convaincus que la culture est un domaine économique et dynamique qui a besoin d’une nouvelle approche fondée sur l’investissement et la coopération entre le capital public et privé pour faire d’elle une affaire de tous.» Pour elle, «la culture est riche en potentiel qui est à même de créer de la richesse». Bendouda dit attendre de cette rencontre que «la compétence et l’intelligence algérienne développent les formes et les raisons à même de créer de l’intérêt vis-à-vis de la culture et de sa contribution dans l’économie nationale». Et d’ajouter, «notre ambition est de rapprocher la vision économique et culturelle des différents acteurs et ce, qu’elle soit dans le domaine économique, de service ou des finances afin de sortir avec des projets qui touchent tous les volets de la culture».
Assia Boucetta