3 Algériens nominés pour le Prix du Booker arabe

 

Le roman «Ain Hammou Rabi» de l’écrivain algérien Abdellatif Ould Abdallah, publié par la maison d’édition «Mim» a été retenu sur la liste restreinte de la 14e édition du Prix «Booker» de fiction arabe.

Le jury présidé par l’écrivain libanais ChaoukiBazih et composé de 5 membres va départager entre six œuvres dont cinq écrites par des Maghrébins et annoncer le palmarès, le 25 mai prochain. «Oiseau de la nuit» de l’Algérien Amara Lakhous et «Djim» de Sarah El Nems ont été également sélectionnés. Les six présélectionnés recevront dix mille dollars chacun et le lauréat se verra attribuer cinquante mille dollars de plus. «Ain Hammou Rabi» est l’histoire d’un homme qui se retrouve dans un camp militaire après avoir fui ledouar Sidi Majdoub, un quartier de la ville de Mostaganem ville natale du romancier. En compagnie de son ami allemand le fuyard avait pillé la tombe de Sidi Majdoub croyant «tomber» sur un trésor ou un objet antique de valeur. Mais «l’affaire» a mal tourné. L’homme se retrouve dans une mauvaise posture et affronte de graves accusations et la colère des habitants du village. Cette situation suscitera en lui plusieurs interrogations qui le poussent à remonter dans le temps pour comprendre les motivations de l’acte sacrilège. Du coup, il se met à raconter des histoires où se mêlent fantaisie et réalité. Ould Abdallah qui a obtenu un diplôme d’architecture de l’université d’Alger a publié des articles et des textes dans des journaux et sites Internet arabes traitant de questions culturelles. Il a publié trois romans «Hors de contrôle» en 2016, «Tabarroudj» en 2018 et «Ain Hammurabi» en 2020.

Rym Harhoura