L’Anvredet accompagnera les meilleures femmes entrepreneures

Trois lauréates ont été primés, ce dimanche à Alger, à l’issue du concours national d’innovation des femmes entrepreneures lancé le 8 mars dernier, dans l’objectif d’encourager l’entrepreneuriat féminin. Les projets gagnants répondent à des enjeux d’avenir et à des problématiques d’intérêt socioéconomique.

Le challenge a été organisé en mode virtuel, les 8,9,10 mars dernier par l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (Anvredet) et la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DGRSDT), dans le but de promouvoir les talents et le savoir-faire des femmes créatives entrepreneures. Parmi 44 solutions développées, trois projets novateurs ont été retenus et seront brevetés. «Les lauréates bénéficieront d’un accompagnement technique et financier, et d’un espace d’incubation par l’Anvredet pour créer leurs start-up», a fait savoir la directrice générale de l’Anvredet, Mme Nedjoua Demmouche Mounsi,  en marge de la cérémonie de remise des prix, tenue au siège de l’Agence à Ben Aknoun. Les porteuses de projets innovants auront également à leur disposition «des plans d’affaires adaptés, un coaching personnalisé et une formation appropriée», a ajouté la même responsable, qui a  estimé que cette première édition organisée sous le thème «De l’idée à la start-up» a été marquée par une forte participation des étudiantes (51%). La majorité des projets est issue de la recherche publique (60%) avec une prédominance des domaines de l’environnement et du numérique (70%). Comme première étape, 19 projets ont été présélectionnés sur la base des critères de profitabilité, d’innovation, de capacité marketing et de leur potentiel de croissance. Le premier prix a été remporté par Mme Rania Boukhalfa, ingénieur en chimie,  pour son projet intitulé : «Conception d’un prototype d’un milli-réacteur». Les autres projets promus visent notamment à favoriser l’émergence de produits respectueux de l’environnement et de la santé, à l’instar  du colorant naturel de la flore algérienne dans les produits alimentaires et cosmétiques, ou du gilet intelligent de grossesse. Par ailleurs, un prix exceptionnel a été accordé à Nour El Houda Aouadi pour son projet «Cosmétiques naturels». Etant le projet suffisamment mature, il sera accompagné par l’Anvredet à travers un programme d’accélération. Pour sa part, le sous-directeur de la programmation de la recherche et de la prospective au niveau de la DGRST, Aïssa Mfadjakh, a souligné que cette initiative vise à soutenir l’innovation et la créativité chez les jeunes et particulièrement les jeunes femmes. La rencontre a été, par ailleurs, l’occasion d’annoncer la création de deux start-up dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, lesquelles ont été accompagnées par l’Agence. Il s’agit de Sarl Moubassir Consulting et Eurl Shed Med. Le premier projet concerne  un «logiciel de gestion des projets», lequel a profité d’un accompagnement pour la réalisation de son prototype, adopté d’ores et déjà dans la protection du logiciel au niveau de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (Onda).
Samira Azzegag