Saïda Neghza, Directrice générale de la SARL Soralcof Algérie : «Un bon manager doit toujours anticiper»

La contribution de la femme au développement économique et sa capacité à mener à bien le processus entrepreneurial n’est plus à démontrer. L’exemple de Saïda Neghza, une femme qui a su dépasser tous les clivages par sa persévérance et ses compétences, est édifiant.  Dans cet entretien, la présidente du Groupe Soralcof et également de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA) revient dans cet entretien sur son parcours patronal et les difficultés rencontrées sur le terrain.

Entreprendre, c’est avoir un niveau de responsabilité très important. Comment Mme Saïda Neghza a pu gérer son parcours patronal ?
Dès mon jeune âge, j’ai été portée à compter sur soi et toujours à la recherche d’une autonomie financière. Ainsi, il a fallu faire preuve de beaucoup d’efforts et surtout de persévérance pour se frayer un chemin dans un milieu dominé par la gente masculine. L’assurance et la confiance que j’avais en moi m’ont beaucoup aidé, sans oublier de parler du soutien de certains managers qui avaient de l’admiration pour mon audace et ma volonté de réussir.
A quel moment l’instinct de femme d’affaires s’est réveillé chez vous?
Comme je l’ai déjà souligné, j’ai toujours été attirée par l’entreprenariat. J’ai rejoins la CGEA, en tant que simple adhérente, pour présider après quelques années le Bureau d’Alger, assurer ensuite la fonction de Vice-présidente et, enfin, être plébiscitée à la tête de la CGEA, depuis 2016.  Mais, j’ai débuté dans les années 1990 avec une entreprise de torréfaction de café, qui a connu un succès phénoménal. J’ai décidé alors de poursuivre mes investissements en me lançant dans les travaux publics, l’hydraulique, le marbre lesquels ont abouti à la création de la Sarl Soralcof en 2004.
Vous avez été élue à la tête de Business Africa,  organisation regroupant 54 représentations patronales africaines. Qu’est ce que cela représente pour vous ?
C’est avant tout un grand acquis pour l’Algérie qui bénéficie, désormais, d’un lobbying que je mets à la disposition de nos autorités et nos opérateurs économiques et, ainsi, mieux profiter des opportunités qu’offre la Zlecaf.
Quels sont les conflits internes auxquels vous avez dû faire face à vos débuts au sein de votre entreprise?
Je ne peux pas parler de conflits. Ce sont de simples différends ordinaires qui surviennent de temps à autre dans la vie de l’entreprise. Et puis, j’ai été ravie de voir mon entourage me soutenir dans les moments difficiles.
Un produit ou un service qui fonctionne très bien aujourd’hui peut dans quelques temps devenir obsolète ou moins intéressant pour les clients. Comment faites vous pour vous maintenir sur le marché ?
Il faut savoir que gouverner c’est prévoir. C’est pourquoi, un bon manager doit, toujours, anticiper et assurer une veille opérationnelle, pour opérer à temps les ajustements rendus nécessaires par les situations et les conjonctures économiques.
Pour tout chef d’entreprise, trouver des fournisseurs sérieux et durables est un casse-tête permanent. Qu’en est-il pour vous ?
L’entreprise et l’échange entre opérateurs se base sur la confiance et la crédibilité. Malheureusement, le monde des affaires a été perverti par certaines parties qui n’ont pas de scrupules et encore moins de vision lointaine. Ils sont floués par le gain rapide et facile et oublient de s’inscrire dans la durée. Comme tout opérateur, j’ai dû faire face à des situations de défauts de paiements et de retards de livraison, pour des motifs injustifiés.
Les contraintes économiques, politiques, sociales, professionnelles, écologiques et juridiques sont souvent mises en avant par les chefs d’entreprise. Quelles sont celles qui ont eu un impact direct sur votre activité ?
Ma qualité de présidente de la CGEA et mon combat contre la politique économique de prédation m’ont valu une mise à l’écart systématique des marchés pour lesquels je soumissionnais. Pire, mes clients ont été intimidés pour cesser leurs relations avec mon Groupe.
Entretien réalisé par Assia Boucetta