Sahara occidental: le Maroc embourbé dans des violations juridiques

La conseillère à la Présidence de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Nana Lebat el-Rachid a affirmé, mercredi, que le Maroc est impliqué dans un bourbier de violations des Lois, en s’attachant à l’ouverture de consulats dans un territoire non encore décolonisé, estimant que  » ces sorties illégales » reflètent l’onde de choc chez le régime de Makhzen, après la dernière décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) concernant la cause sahraouie.

Dans une déclaration à l’APS, Mme Nana Lebat el-Rachid a souligné que « l’échec cuisant du Maroc au sein de l’UA, à travers la dernière résolution du CPS, laquelle met la cause sahraouie dans son cadre naturel et véritable, à savoir une question de décolonisation, a poussé le Maroc à prendre des décisions anarchiques contraires à la légalité internationale et qui l’implique, jour après jour, dans le bourbier des violations des Lois ». Pour la conseillère à la Présidence sahraouie, l’attachement du régime de Makhzen au « feuilleton d’ouverture de consulats de façade » dans les régions occupées du Sahara occidental », n’est pas un fait nouveau pour la diplomatie des consulats qui revendique des victoires chimériques », ajoutant que l’ouverture, lundi, par le Maroc de ce qu’il avait appelé « Consulat général » du Sénégal dans la ville occupée de Dakhla,  » ne visait qu’à leurrer l’opinion publique marocaine qui vit un état d’ébullition, en raison de ses conditions de vie et de son rejet de la normalisation avec l’entité sioniste ». Elle a souligné que l’ouverture de ces représentations diplomatiques « met les pays impliqués sous responsabilité légale » pour avoir violé la loi, dont des pays africains ». La responsable sahraouie a indiqué que l’occupation marocaine « ne peut pas changer le statut juridique du territoire, classé conformément aux résolutions onusiennes, en tant que question de décolonisation dont le seul règlement est de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination ».
« La paix avec le royaume marocain ne pourrait l’être que par le retrait des territoires sahraouis occupés et le respect de l’acte constitutif de l’UA prévoyant dans son article 4 l’impératif de respecter les frontières, le règlement pacifique des conflits et l’interdiction de recourir ou de menacer de recourir à l’usage de la force entre les Etats membres de l’UA », a-t-elle soutenu. A propos de la visite de la délégation de la RASD à la Mauritanie, la même intervenante a précisé qu’elle entre dans le « cadre des activités diplomatiques menées par les responsables sahraouis aux pays frères et amis, en vue de renforcer les relations bilatérales et sensibiliser aux développements du dossier sahraoui », ajoutant que « la Mauritanie est un pays voisin et ami et observateur onusien pour la cause sahraouie ».