Sahara occidental : Taleb Omar accuse la France de s’employer à faire perdurer le conflit

L’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar a déclaré dimanche  que la France «œuvre à faire perdurer le conflit au Sahara occidental», notamment au vu de la décision du parti au Pouvoir (La République en marche) d’ouvrir une antenne dans la ville de Dakhla occupée, affirmant que  le peuple sahraoui «fera face à tous les plans malveillants» entravant son droit à l’autodétermination.

Dans une déclaration à l’APS, Taleb a fait savoir que «la position du parti au pouvoir en France ne favorise aucune solution politique pour le conflit au Sahara occidental mais accentue plutôt la situation», ajoutant que «la France assume toute la responsabilité de ce conflit qui perdure». «La France coloniale ne veut pas que la cause sahraouie soit réglée dans le cadre de la légalité internationale mais œuvre à faire perdurer le conflit». Et d’enchaîner que le parti français «La République en marche» veut  emprunter le chemin de l’ancien président des USA, Donald Trump, notamment que le parti de Macron qualifie la ville de Dakhla sise dans les territoires sahraouis occupés  de «territoires sud du Maroc». Il a justifié la sensibilité de cette décision par le fait qu’elle reflète la politique de la France d’autant qu’elle provient du parti au pouvoir et non pas d’une simple formation politique même si le ministre français des Affaires étrangères avait déjà affirmé que son pays soutenait une solution mutuellement acceptable. Il a souligné que la politique de la France est «contradictoire et hypocrite», a-t-il dit dénonçant la position du parti au pouvoir en France, laquelle constitue une «violation» de la légalité internationale et du droit du peuple sahraoui.
Taleb Omar n’a pas exclu «l’implication de la France dans l’approvisionnement du Maroc en nouvelles technologies dans le domaine de l’armement, comme les drones, les satellites, etc.», soulignant que le  peuple sahraoui allait affronter par tous les moyens «les plans belliqueux de l’occupation marocaine et ses alliés». La représentation du Front Polisario en France avait exprimé son rejet catégorique de la décision du parti au pouvoir français de créer une antenne à Dakhla dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc, considérant cette décision comme une «violation flagrante du statut juridique» du Sahara occidental.
Dans un communiqué de presse, la mission sahraouie a déclaré que le Sahara occidental, selon les résolutions des Nations unies, «n’est pas soumis à la  souveraineté du Royaume du Maroc, qui du même point de vue reste une force  d’occupation militaire qui pratique les pires formes d’oppression contre le peuple sahraoui».