Création de start-up : Un marathon de l’innovation pour les étudiants des grandes écoles

En collaboration avec la direction générale de la recherche scientifique (DGRSDT) et l’Ecole des hautes études commerciales (EHEC) de Koléa, l’Agence nationale de la valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET) a organisé le marathon de l’innovation qui permettra aux jeunes entrepreneurs de réaliser leur projet et de passer à la post-incubation.

Cette initiative a permis de regrouper tous les étudiants en fin de cycle, porteurs de projets sélectionnés dans le cadre du programme de formation FIE (Formation Innovation Entreprendre) de toutes les grandes écoles. Selon un communiqué de l’ANVREDET, le marathon de l’innovation est centré sur le potentiel et  l’envie d’un porteur de projet d’inscrire un projet entrepreneurial à un moment de son parcours professionnel et créer son entreprise start-up. La priorité est donnée aux étudiants en dernière année de la spécialité management et entrepreneuriat. Le directeur de la maison de l’entrepreneuriat à l’Ecole nationale supérieure de management (ENSM) et responsable de la formation FIE, le Dr Mounir Bellali, a fait savoir que l’objectif de cet événement est d’accompagner une équipe projet jusqu’à la réalisation d’un business plan. «Notre objectif est d’aider les jeunes diplômés à concrétiser leurs projets et à créer leurs start-up», a-t-il précisé. Il n’a pas manqué de signaler que tous les projets sélectionnés par le jury sont innovants et créatifs. Lors de cette journée, les organisateurs ont proposé aux étudiants constitués en groupe de 10 des thématiques dans lesquelles ils devront innover avec comme objectif la création d’entreprise. «En une journée, les porteurs de projets sont appelés à mettre en application tous les aspects théoriques du projet en respectant les délais», a-t-il dit. Le responsable a rappelé que le programme FIE, lancé depuis 2012, a pour but de former des étudiants à la création d’entreprise. «Nous sommes en train de discuter avec la Banque de l’agriculture et du développement rural (Badr) pour financer les projets de ces jeunes diplômés», a-t-il indiqué. Justement, représentant de la Badr, Mourad Moursi est revenu sur l’importance d’organiser ce genre de compétence afin d’initier les jeunes diplômés au monde de l’entrepreneuriat. «Nous cherchons en collaboration avec des chercheurs à développer de nouveaux concepts pour répondre à des besoins du marché», a-t-il dit. Selon lui, la banque, déjà partenaire dans l’incubateur de Boumerdès, est parmi les premières qui se sont intéressées à l’entrepreneuriat, notamment des jeunes. Enfin, le Dr Bellali a fait savoir que trois meilleurs groupes seront accompagnés et financés par l’ANVREDET et incubés à l’EHEC.
Samira Belabed