Conférence sur la transition énergétique : Sortir de la dépendance aux énergies fossiles

L’Algérie se trouve aujourd’hui confrontée à un choix dans sa transition économique et énergétique très complexe. À cet effet, une conférence a été, organisée, ce lundi, à Alger,  par le ministère de la Transition Energétique et des Énergies renouvelables et le programme des nations unies pour le développement (PNUD).

Cet évènement, qui s’inscrit dans le cadre des journées de l’innovation du PNUD, est intitulé « Innovation Days 2021 : vers une transition énergétique durable et innovante. » Lors de son allocution d’ouverture des travaux de la conférence, le ministre de la Transition énergétique et des  Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a indiqué que cette conférence sera l’occasion de « faire le point sur ce que nous savons faire et ce que nous devrons faire » afin de combattre les changements climatiques. M. Chitour a précisé que cette rencontre permettra d’évaluer les voies et moyens à même d’en finir avec la « boulimie énergétique », avec des ateliers qui déboucheront sur des propositions qui contribueront à sortir de la situation actuelle de dépendance aux énergies fossiles. Le ministre a souligné, en outre, que ces journées seront l’occasion de parler des ambitions de l’Algérie pour combattre les changements climatiques et faire en sorte que l’Algérie respecte ses engagements et se tourne résolument vers le futur et, pourquoi pas, arriver « à la stabilité et à la neutralité carbone ». « L’Algérie ambitionne de mettre en œuvre ses engagements internationaux en matières  climatiques, et ce à travers l’instruction du Président Abdelmadjid Tebboune …et de  lutter contre l’errance climatique en sortant de l’ébriété énergétique fossile pour aller vers la sobriété heureuse promise par le développement humain durable qui ne laisse personne sur le bord de la route », a-t-il soutenu.
Une coopération prometteuse avec le PNUD
De son coté, la représentante résidente du PNUD en Algérie, Blerta Aliko, a estimé que cette conférence marque le début d’une coopération « prometteuse » entre le ministère et le PNUD, pour développer et adopter des modèles économiques moins dépendants aux énergies fossiles et ainsi préserver les grands équilibres biologiques de la planète pour le bien des générations futures. Mme. Aliko a précisé que le but de cette conférence était de réunir l’ensemble des acteurs du secteur des énergies renouvelables afin d’agir comme une « plateforme d’intelligence collective » et de formuler des recommandations pour des actions « concrètes » en vue d’accélérer la transition énergétique en Algérie et développer les énergies renouvelables. Cela en plus de discuter des conditions à mettre en place pour promouvoir les énergies propres et des mécanismes de promotion de l’innovation, a-t-elle ajouté. Les experts ont ensuite abordé les conditions nécessaires à l’accélération de la transition à travers notamment  la création d’emplois « verts », le développement social du pays ainsi que dans la dynamisation attendue de la recherche et de l’innovation. Cette rencontre constitue, selon les organisateurs, une excellente opportunité pour les représentants des différents secteurs afin d’échanger leurs expériences, points de vue et recommandations en la matière.
Samira S/APS