Agriculture : Des crédits mutuels pour financer les petites exploitations

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani, a annoncé, ce lundi, la présentation, prochainement au Gouvernement, d’un projet de financement des petites exploitations agricoles. Il s’agit plus précisément du crédit mutuel rural.

Lors d’une conférence de presse animée en marge du forum de l’agriculture et de l’agroalimentaire, organisé au Centre des conférences internationale, le ministre a fait savoir que 1,2 million exploitants agricoles se trouvent en difficulté financière, précisant que «ce nouveau mode de financement est la solution appropriée pour venir en aide à cette catégorie d’agriculteurs». Le ministre a souligné que ce projet s’inscrit dans le cadre de la restructuration de la Caisse nationale des mutualités agricoles. «Nous allons la transformer en un outil de financement au profit des petits et moyens investisseurs. Le projet est en cours d’élaboration en collaboration avec le ministère des Finances. Outre cet aspect de financement, nous nous penchons sur le volet de la couverture sociale des agriculteurs et l’assurance de leur exploitation contre les calamités naturelles», a-t-il expliqué. Abdelhamid Hemdani a fait savoir que «les efforts du gouvernement sont orientés vers le développement des investissements dans le secteur agricole, réitérant son engagement à «accompagner tout porteur de projet». Il a indiqué que le forum s’inscrit dans le cadre de la feuille de route du secteur pour la période 2020-2024 visant «la consolidation des capacités existantes en matière d’investissement et des potentialités pour hisser ce secteur à un niveau d’excellence». Il fera savoir que l’appel à l’investissement massif est indispensable et s’avère impératif aujourd’hui affirmant l’existence de mesures de facilitation au profit des investisseurs. Il a, dans ce contexte, cité «la révision de l’arsenal juridique, notamment la loi sur le foncier agricole». «C’est dans ce cadre que s’inscrit la création, en septembre 2020, de l’Office de développement de l’agriculture industrielle en terres sahariennes à travers lequel un guichet unique est mis en place pour faciliter l’ensemble des opérations administratives». Cet office sera doté d’un comité technique et administratif pour étudier les dossiers des candidatures en se référant à un cahier des charges. Les principaux objectifs de la création de cet Office est la relance de l’investissement structuré, le développement des cultures industrielles stratégiques, la réduction de l’importation et la facilitation des démarches d’accès au foncier. A ce sujet, Hemdani a annoncé que 136.000 ha ont été mis à la disposition des investisseurs sur les 500.000 ha du foncier agricole non exploité récupéré par les pouvoirs publics. Cette superficie est appelée à s’accroître grâce aux résultats d’un travail réalisé en collaboration avec l’agence algérienne spatiale ayant abouti au recensement d’un fort potentiel de plus d’un million d’hectares. En mettant en exergue les «performances» réalisées en matière de production, le ministre a relevé le crucial problème de transformation. «Plusieurs filières dégagent des excédents de production mais, malheureusement, nous n’avons pas de fortes capacités de transformation», a-t-il déploré.
Wassila Ould Hamouda