Universités-entreprises : Signature d’un accord entre le ministère et la CAPC

Une convention de partenariat a été signée, ce lundi, entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), lors d’une rencontre sur les formations professionnalisantes.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a affirmé, dans une allocution d’ouverture des travaux, que la convention est le fruit d’une concertation entre le ministre et l’organisation patronale depuis la création d’un comité mixte, en décembre dernier. Les deux parties ont, depuis, œuvré à identifier les modalités de coopération entre l’université et le secteur économique. L’objectif premier du  comité, a rappelé Abdelbaki Benziane,est d’établir un diagnostic sur les relations entre le secteur académique et économique et de préparer les bases pour engager les mécanismes de liaison et de consolidation des échanges.
Selon le Pr Benziane, «plusieurs lois sont en cours de révision, notamment la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur pour conclure des accords de coopération et de partenariat, bénéfiques pour l’université et les entreprises». Le ministre a exhorté, vivement, le patronat à sensibiliser sur l’importance de  la recherche scientifique. «Le passage vers la coopération entre l’université et le secteur économique est obligatoire dans la perspective engagée par le gouvernement dans ce sens et  pour le développement de la formation, de la recherche appliquée et l’amélioration du capital intellectuel», a-t-il proclamé en conclusion.
Le  président de la CAPC a souligné que celle-ci pourrait  faciliter les liens entre les établissements de l’enseignement supérieur et les acteurs économiques. «Nous avons deux types de capitaux qu’il faut porter à bras le corps, les financements et le capital humain, et notre souci est d’adapter en permanence notre offre de produits et services et de développer en continu nos compétences», a-t-il poursuivi. «Dans la plupart des pays, les partenariats entre universités et entreprises sont un levier majeur pour la  transformation de la qualité des offres et l’augmentation du niveau de l’intégration locale», a-t-il fait remarquer.
Pour Mohamed Sami Agli,«les chercheurs doivent se rapprocher des entreprises et, plus généralement, des associations sectorielles pour faire connaître et valoriser leurs disciplines, leurs travaux».
Evoquant l’accord de partenariat, signé hier, il a estimé que celui-ci «exige un environnement de confiance mutuelle entre les différents acteurs et de la justesse dans la détermination des revenus et de leur distribution». «Il est primordial, a-t-il insisté, de déployer de nouvelles méthodes de collaboration, d’échange, d’interaction au sein de  l’entreprise et dans les établissements relevant du MESRS.»
«Nos entreprises, qui subissent la réalité sociale, doivent s’engager à développer une conscience de la responsabilité sociétale pour identifier de nouvelles approches et aborder le challenge de la recherche et du développement appliqués», a conclu Agli.
Walid Souahi