Ligue 1 : Le CRB veut jouer au 5-Juillet

Après son dernier succès en terre sud-africaine, synonyme de qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions africaine, le CRB voit désormais grand.

Dans le camp belouizdadi, on commence déjà à préparer la première manche de ces 1/4 de finale que les joueurs du Chabab vont jouer les 14 ou 15 mai prochains au stade 5-Juillet face un adversaire dont le nom sera connu le 30 avril à l’issue du tirage au sort, prévu au siège de la CAF au Caire. Ayant terminé second de son groupe (B), derrière les Sud-Africains de Mamelodi Sundowns, les Rouge et Blanc retrouveront forcement l’un des leaders des trois autres groupes, à savoir, le Wydad Casablanca (Maroc), le FC Simba (Tanzanie) ou l’ES Tunis (Tunisie). D’où le souhait des coéquipiers de Zakaria Draoui de disputer leurs prochaines rencontres de mise à jour du championnat, dans l’enceinte du temple olympique. Ce qui leur permettrait de prendre leurs repères et s’habituer un peu plus à la pelouse de ce stade. D’ailleurs, on croit même savoir que la direction du club de Laâkiba compte saisir dans les prochains jours la direction de l’Office du complexe olympique (OCO) Mohamed-Boudiaf afin de recevoir la JS Saoura, le 25 avril et l’USM Alger, le 30 du même mois au stade 5-Juillet. En attendant, le CRB a accueilli avec satisfaction que trois de ses joueurs figurent dans l’équipe type de la sixième et dernière journée de la phase de poules de la Ligue des Champions africaine, choisie par la CAF. Il s’agit du keeper, Toufik Moussaoui, du défenseur, Sofiane Bouchar et du meneur de jeu, Amir Sayoud, qui avaient brillé tous lors de la victoire (2-0) arrachée vendredi dernier à Pretoria, sur le terrain du Mamelodi Sundowns. Dans un autre registre, on a appris que la direction du CRB va traduire en conseil de discipline le milieu de terrain, Larbi Tabti dès son retour d’Oran où il se trouve depuis quelques jours. Les dirigeants du Chabab n’ont guère toléré les absences répétées du joueur aux séances de soin auxquelles il devait être soumis. Certains sont même allés jusqu’à le soupçonner d’avoir simulé la blessure.
Mehdi F.