Grève dans l’éducation nationale : Le Cnapeste menace de durcir le mouvement

Au deuxième jour de la grève lancée par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), le taux de suivi diffère d’un palier à un autre et d’un établissement à un autre.

Contacté, ce mardi, le chargé de communication du syndicat a fait savoir que le taux de suivi au second jour de la grève n’a pas encore été établi. Néanmoins, Messaoud Boudiba a noté une hausse dans certaines wilayas, notamment à Médéa où le taux de suivi est passé à 75%, contre 70% le premier jour. Rappelant les chiffres du premier jour, il a signalé que dans le secondaire, le suivi a été «quasi-total», soit entre50% et 90%. Il se situe entre 30% et 80% au collège et entre 5% et 30% au primaire.
Au-delà des statistiques, Boudiba a noté la détermination du Cnapeste de continuer le combat jusqu’à la satisfaction des revendications exprimées à plusieurs reprises «sans qu’elles trouvent une oreille attentive» auprès de la tutelle. Les principales doléances sont liées au dossier de retraite, à l’amélioration du pouvoir d’achat, à la médecine du travail, au logement et à l’actualisation de la prime de zone toujours calculée sur la base du salaire de base de 1989. Il est aussi question du recrutement des diplômés des écoles supérieures des enseignants, la révision des modalités de recrutement sur titre conformément au décret exécutif n° 12-194 qui valorise l’expérience et l’ancienneté des enseignants contractuels et la protection des libertés syndicales à travers la levée des restrictions systématiques à l’activité syndicale. Boudiba a regretté «l’inertie» du ministère quant à la prise en charge de ces revendications qu’il a qualifiées de légitimes. «Notre action ne semble pas inquiéter le ministère pour qui deux jours de grève n’auront pas d’impact considérable sur le déroulement dela scolarité, notamment l’avancement des programmes. Ce qu’il ignore est que cette action se veut une mise en garde. Des actions plus dures pourraient être menées dans les prochains jours», a-t-il averti.
Le chargé de communication du Cnapeste a annoncé la réunion prochaine, sans préciser la date, du conseil national pour décider du sort du mouvement et aussi des futures actions à mener.
Lors une conférence de presse consacrée à l’évaluation des résultats du premier trimestre de la saison scolaire 2020-2021, le secrétaire général du ministère, Boubaker Seddik Bouazza, a déclaré que «le ministère a obtenu l’approbation pour régler les arriérés de paiement des nouveaux enseignants et des bénéficiaires de promotions dans les grades». Il a ajouté que la priorité dans le recrutement sera accordée exclusivement cette année aux diplômés des écoles normales supérieures», à travers l’adoption de plusieurs mécanismes dont le détachement, en vue de permettre aux enseignants titulaires d’un diplôme d’enseignement dans le cycle secondaire d’enseigner dans les deux autres cycles, en conservant les avantages de son diplôme. Il a dit encore que le ministère s’apprêtait à élaborer une circulaire étayant tous ces mécanismes et organiser ensuite un concours sur titre en cas d’existence de postes budgétaires.
Amokrane H.