Vœux de Tebboune aux Algériens : Un message apaisant, selon les politologues

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a, dans une allocution de présentation de ses vœux à la veille du début du mois sacré du Ramadhna, délivré un message «succinct mais lourd de sens», estiment des politologues.

Pour Moussa Boudhane, le chef de l’Etat a mis en garde, en  peu de mots, contre le «relâchement» du point de vue sanitaire ou politique car, souligne-t-il, «les ennemis de l’Algérie tenteront de s’infiltrer dans nos rangs pour semer la division et la fitna». Le  Président a usé, ajoute t-il, d’un langage qui prône l’union et la fraternité en ce mois de piété. «Ses mots ont été objectifs et surtout réalistes dans la mesure où il a appelé au raffermissement des liens sociaux dans un contexte sensible où notre pays affronte une crise très complexe», affirme-t-il. «Nous avons besoin de ce genre de discours rassurant et apaisant», insiste-t-il. A l’en croire, beaucoup de parties externes ne nous veulent pas de bien et il faut prendre conscience du péril. «Le pays s’apprête à vivre une échéance électorale cruciale et il faut s’y préparer avec rigueur et responsabilité et renforcer les vertus de fraternité», renchérit Boudhane. D’après lui, que l’Algérie veille à la réussite de ce rendez-vous électoral, cela dérange les aventuriers et ceux qui veulent nuire à la stabilité du pays. Il faut donc, enchaîne-t-il, maintenir la garde afin de prémunir le pays contre toutes les menaces.
«Nous sommes tous avec le chef de l’Etat quand il s’agit de préserver la stabilité et les intérêts du pays. L’unité et encore l’unité», s’exclame Boudhane qui soutient mordicus la démarche du Président visant «à prémunir la nation contre tout danger qui la guette». Concernant son  appel à maintenir et renforcer la vigilance pour circonscrire la pandémie de coronavirus, il y voit un souci partagé par tous les citoyens. Interrogé enfin sur  l’ouverture des mosquées lors de ce mois sacré, notre interlocuteur qualifie la décision d’«apaisante et réconfortante pour  les citoyens». Mohamed Hassene Daouadji estime, pour sa part, que  «l’allocution de Tebboune est davantage un message où il recommande la solidarité et l’union entre Algériens». «Le Président de la République est bien placé pour connaître et prendre la mesure des difficultés qu’affronte le pays et cette conscience le pousse à s’attarder sur la nécessité de renforcer  l’unité nationale», soutient-il. Selon lui,«il s’est adressé au simple citoyen pour le rassurer sur la disponibilité des produits durant ce mois sacré». «Le chef de l’Etat montre, de ce fait, qu’il est conscient des difficultés des petites bourses», lâche-t-il. Rappelant que la tension sociale augmente un peu plus durant le Ramadhan en raison de la cherté de la vie, Daouadji voit dans l’intervention du Président de la République «une volonté de calmer les esprits et un appel à la vigilance pour que le Ramadhan se passe dans de bonnes conditions».
Karima Alloun