La toile se mobilise pour les démunis

Une heure avant l’Iftar, plusieurs associations caritatives se mobilisent pour servir des repas chauds pour rompre le jeûne aux passagers, sans abris et personnes démunies. Pour pouvoir assurer ces opérations de bénévolat, plusieurs campagnes de sensibilisation ont été lancées avec des appels au don, largement partagés sur les réseaux sociaux.
Le président de l’Association «Piété et bienfaisance», Fouzi Rabhi, appelle les volontaires sur la page Facebook de son organisation à se mobiliser. «Nous avons besoin de livreurs. Il nous reste encore 200 couffins à livrer aux bénéficiaires dans les plus brefs délais», a-t-il lancé, au cours d’une vidéo s’adressant aux bienfaiteurs. Il ajoutera que tout don de solidarité est le bienvenu. Des publications aussitôt partagés par les internautes. «C’est ce qui fait la force des réseaux sociaux. Une information est vite reprise par autrui et fait le tour des personnes connectées. Depuis le dernier poste, nous avons été contacté par plusieurs volontaires qui nous ont aidé à faire parvenir tous les colis à leurs destinataires», a précisé Rabhi. L’Association Ness El Khir, à travers ses diverses pages Facebook et Instagram ainsi que ses groupes de discussions, parvient à toucher beaucoup plus de monde lors des appels au don. Pour poursuivre les efforts de son programme «Rana Hna» pour la 11e année, une large campagne de sensibilisation a été lancée sur les plateformes sociales. Yasmine Amriche, membre fondatrice de l’association, explique au cours d’un live lancé à la veille du Ramadhan, le programme détaillé tracé pour le mois sacré. «Plusieurs actions caritatives sont prévues et avons besoin du soutien des âmes charitables et de vos dons de solidarités», a-t-elle appelé. Elle espère que les personnes voulant effectuer un don appellent l’association pour l’orienter, voir l’informer des besoins pour éviter le gaspillage. «Les prix sont chers, que ce soit les fruits et légumes que les légumineuses. Parfois nous avons seulement besoin de pois-chiches, mais nous accusons un manque d’huile et de sucre. Appelez-nous et nous vous orienterons en fonction de votre budget fixé», ajoute Amriche. Plusieurs autres associations caritatives se rabattent sur les réseaux sociaux pour lancer des appels aux dons de denrées alimentaires à redistribuer durant le mois sacré. Une internaute qui interagit sur une publication concernant la collecte de denrées alimentaires, rappelle que plusieurs secteurs sont sinistrés à cause de la pandémie du coronavirus, notamment celui du tourisme, dont les employés  se retrouvent sans rentrées d’argent. «Il faut aider les personnes en situation précaire du peu que nous pouvons apporter», a-t-elle poursuivi.
Walid Souahi