Financement des films : Le FDATIC instaure de nouvelles normes

Le Comité des subventions au cinéma du Fonds public d’aide pour le développement de l’art, de la technologie et de l’industrie cinématographiques (FDATIC), affilié au ministère de la Culture et des Arts, a fixé le 15 septembre 2021 comme date limite de réception des projets cinématographiques qui nécessitent soutien et subvention, conformément au nouveau cahier de charge.

L’annonce a été déjà faite par le président de la commission le réalisateur Mohamed Hazourli, qui a évoqué aussi des propositions et d’installations dans le but d’accompagner les jeunes cinéastes dans la réalisation de leur premier film et expérience d’écriture. Les subventions octroyées comprennent le financement de la production et de la coproduction de films, l’écriture et la réécriture de scénarii, la postproduction et la distribution, l’exploitation des œuvres le financement des équipements pour les structures cinématographiques et la modernisation de technologies cinématographiques. Les porteurs de projets peuvent soumettre leurs candidatures via la plate-forme en ligne, mise en place à cet effet. Il y a lieu de rappeler que le FDATIC ne finance pas entièrement les projets cinématographiques, mais accorde des subventions de l’ordre de 30% qui peuvent atteindre 70% s’agissant des productions sous tutelle du ministère de la Culture et des Arts. Seule la ministre de la Culture et des Arts, peut cependant intervenir pour augmenter le pourcentage si le projet le mérite. . Hazourli a indiqué que la plupart des projets soumis souffrent d’un réel problème dans le scénario car dans leur intégralité, ils sont orientés vers l’écriture télévisuelle malgré la différence entre les deux vecteurs. Le président du comité a promis de lancer un site Web qui devra périodiquement, publier les résultats et le processus de son étude des différents projets, pour permettre aux candidats de connaître et de suivre le déroulement de leurs travaux en temps réel . Du dépôt du dossier jusqu’à son acceptation ou son rejet avec mention des raisons d’approbation ou de refus.
R. Harhoura