Covid-19: L’OMS s’inquiète à cause du Ramadhan

 L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dite « inquiète », ce mercredi, d’une possible aggravation de la pandémie de Covid-19 durant les célébrations du Ramadhan en Afrique du Nord et au grand Moyen-Orient.

Le nombre de cas a augmenté de 22% et le nombre de décès de 17% « la semaine dernière par rapport à la semaine précédente » dans la région, a dit le Dr Ahmed al-Mandhari, directeur du bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale.
S’exprimant lors d’une conférence de presse virtuelle au Caire, le Dr al-Mandhari a estimé que la situation dans cette vaste région qui va du Maroc au Pakistan traduit une « tendance inquiétante ». « Nous sommes particulièrement inquiets que la situation actuelle puisse s’aggraver durant le ramadan si les gens ne suivent pas » les mesures sanitaires recommandées par l’OMS. Les mesures, notamment de distanciation et de port du masque, doivent « être maintenues pour aider à contenir la pandémie », a plaidé le Dr al-Mandhari.
L’OMS souhaite que « les pays fassent une évaluation des risques afin de prévenir la dissémination de l’infection », a de son côté indiqué le Dr Dalia Samhouri, responsable pour la région de la préparation aux situations d’urgence.
Elle a énuméré plusieurs mesures souhaitables selon l’OMS autour des mosquées pendant le mois de Ramadhan: « distanciation physique, ventilation,  désinfection régulière ».
« Si je suis malade, je reste à la maison », a-t-elle dit avant d’ajouter que « les gens vulnérables (…) ceux atteints de maladies chroniques, doivent rester chez eux ». Parallèlement, Ahmed al-Mandhari a précisé que l’ensemble des pays de la région avaient reçu des vaccins, mais que ceux qui avaient l’accès le plus limité étaient le Yémen et la Syrie.