France: Le Parlement adopte une loi controversée sur la « sécurité globale »

Le Parlement français a adopté ce jeudi une  proposition de loi controversée sur la « sécurité globale » qui empêche selon ses détracteurs de filmer les forces de l’ordre en intervention et de  documenter les violences policières.

Le Parlement a voté ce texte proposé par le parti présidentiel La République en Marche (LREM), par 75 voix pour et 33 contre, en dépit des vives contestations de la part des défenseurs des libertés publiques. Il devra ensuite probablement passer devant le Conseil Constitutionnel avant d’être promulgué. Le Premier ministre Jean Castex l’avait annoncé dès novembre à propos de l’article 24, disposition la plus controversée du texte qui compte 70 articles. L’article 24, qui vise à protéger les forces de l’ordre en opération en pénalisant la diffusion malveillante de leur image, a concentré les critiques. Cette mesure empêche selon ses détracteurs de filmer les forces de l’ordre en intervention et de documenter les violences policières.
La contestation s’est exprimée dans la rue, parfois avec des violences, sur fond de débat sociétal autour d’une police accusée de multiplier les  dérapages violents. La coordination opposée au texte, qui réunit syndicats de journalistes et  organisations de défense des libertés, a de nouveau réclamé mardi son retrait. D’autres mesures continuent de faire débat, comme l’usage « élargi des caméras piétons des policiers, des drones, du port d’armes pour les forces de l’ordre hors service ou la création d’une police municipale à Paris ».