Législatives 2021 : Les partis affichent leurs ambitions

Les législatives du 12 juin prochain représentent un véritable test de représentativité pour les partis politiques en lice.

Déterminées et ambitieuses, les formations engagées dans la compétition électorale, comptent se livrer à une concurrence des plus ardues pour arracher un maximum de sièges dans la future Assemblée populaire nationale(APN). La compétition ne fait plus peur «aux «petites» formations qui voient dans le déclin des poids lourds de la politique une chance à ne pas rater. C’est ainsi que le parti El Karama rêve non seulement d’entrer dans l’hémicycle, mais de constituer un groupe parlementaire. «Inchallah, on aura notre groupe parlementaire», lance à ce propos le président du parti, Mohamed Daoui. A Jil Jadid on souhaite aussi surfer sur la vague du renouveau politique. «Le pays a besoin d’un parti de la trempe de Jil Jadid à l’APN», estime le responsable de communication au parti, Habib Brahmia. Selon lui la qualité  des candidats ainsi que le  projet de société prôné par la formation de Sofiane Djillali joue en sa faveur. Mais le plus ambitieux est incontestablement le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN),  Djamel Benabdeslam, qui met la barre très haute. «Nous ambitionnons d’avoir la majorité à l’Assemblée nationale», lance-t-il. Pourra-t-il supplanter le binôme FLN-RND constituant à eux seul la majorité et ayant régné, sans partage sur la chambre basse du Parlement pendant des décennies ? «Nous avons toutes nos chances et nous avons constitués des listes électorales de qualité dans tout le pays», tranche-t-il. Même topo s’agissant d’El Fadjr El Djadid. «Je pense que notre parti et nos listes ont beaucoup de chance de percer lors du prochain scrutin législatif», note son président, Tahar Benbaibèche, qui ne manque pas d’interpeller les pouvoirs publics à propos de la crédibilité du scrutin législatif.  «J’appelle les responsables pour garantir des élections honnêtes, transparentes et crédibles», lance-t-il avant de faire observer que la crédibilité des élections est autrement plus importante que le taux de participation. «Quant les élections sont propres, le peuple sera convaincu de leurs crédibilités même s’il ne vote pas», précise-t-il tout en soulignant que même les députés qui en sortiront prendront avec sérieux les préoccupations populaires et reflèteront pour de vrai la représentation nationale.
 Des listes ouvertes
Le Mouvement de la société pour la paix(MSP), quant à lui,  n’en n’est pas en reste puisqu’il espère rafler la mise pour peu «que les élections soient transparentes et loin de la fraude», explique à cet égard Chérifi, membre de la direction du parti et ancien député. «Nous avons élaboré des listes dans toutes les wilayas et même au sein de nos communautés à l’étranger», note-t-il. Selon lui, le parti a placé sur ses listes électorales des candidats issues de l’ensemble des  classes sociales et catégories professionnelles jouissant d’une popularité dans leurs régions, «ce qui sous entends qu’ils ont une grande chance de se faire élire dans la future APN». Le Rassemblement national démocratique(RND) de son côté est décidé à percer lors du rendez-vous du 12 juin prochain. «Nous avons intégré sur nos listes des candidats représentants l’ensemble des catégories sociales, ça va du simple citoyen à l’universitaire en passant par l’agriculteur et l’artisan», souligne le chargé de communication du parti. Le parti El Bina voit, lui aussi grand. «Nous pensons légitimement que nous avons toutes nos chances d’être une force politique qui pèse et qui sera présente dans la future APN en force», affirme Salah Houcine, responsable de la communication du parti. Il en est de même s’agissant de TAJ.  «Nous avons l’ambition d’avoir un maximum de sièges»,  lance à cet égard Kamel Mida, responsable de la communication du parti. Son argument? Des listes ouvertes à toutes les compétences nationales et à des candidats ayant pignon sur rue. Dans le même temps, le parti a prévu de faire une campagne électorale de qualité avec un programme électoral rénové «en phase avec l’actualité et la situation actuelle du pays pour avoir toutes les chances de notre côté», soutient Mida.
Hakem  Fatma Zohra