Tipasa : Vers une accalmie dans les prix des fruits et légumes

Le président de l’association de développement et de vulgarisation agricoles de la wilaya de Tipasa, Hakim Ouyahia, prévoit une baisse significative des prix de certaines variétés de légumes alors que d’autres se maintiendront à des tarifs plus ou moins élevés.

«Au début de chaque mois de Ramadhan, on enregistre une forte demande, au demeurant ponctuelle, sur certains produits agricoles. Cette pression engendre automatiquement un déséquilibre entre l’offre et la demande, ce qui, par implication, impacte la mercuriale»,  tient-il à rappeler. Toutefois, il n’écarte pas l’influence de la spéculation sur certaines variétés de légumes hors saison dont l’offre est limitée. «Les petits pois, la carotte, le fenouil, les fèves et la betterave, pour ne citer que ces produits, sont disponibles en grande quantité, dès lors que nous sommes en pleine saison de la récolte. Certes, ces jours-ci leurs prix est un peu excessif, mais d’ici quelques jours, ils seront très abordable»,  prévoit Hakim Ouyahia. Cependant, d’autres produits ne suivront pas, selon lui, la même tendance baissière. C’est le cas pour la tomate, le poivron et la pomme de terre. «Pour la tomate, le poivron et la pomme de terre cultivée en plein champ à Tipasa, ce n’est pas encore la saison de la récolte. Il faut attendre début mai pour que le produit local soit disponible en quantité suffisante dans les marchés», projette-il. Et d’ajouter : «Les produits disponibles actuellement proviennent de la filière de la plasticulture, notamment de Damous, Gouraya et Bou-Ismail, qui alimentent progressivement le marché, en plus des quantités acheminées des autres wilayas, particulièrement du Sud». «Pour autant, il y aura une baisse des prix au fil des jours à venir pour les légumes hors saison», assure-t-il. Pour les fruits, le responsable fera savoir que mis à part les nèfles dont la cueillette a déjà commencé et l’orange tardive, il faut attendre les derniers jours du mois de jeûne pour que les autres fruits, à l’instar de la pêche et de l’abricot, soient disponibles. «Pour contribuer à la baisse des prix, deux marchés de proximités ouvriront durant Ramadhan. Un à Fouka et l’autre à Tipasa. Le principe retenu est de vendre directement le produit du fellah au consommateur»,  affirme Hakim Ouyahia.
Amirouche Lebbal