Sahara occidental : Le Maroc entrave la nomination d’un nouvel émissaire de l’ONU

 La Représentation du Front Polisario aux Nations unies a réaffirmé vendredi que c’est le Maroc qui  entrave la nomination d’un nouvel émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, et qui a aussi rendu « impossibles » toutes les missions des  anciens envoyés onusiens pour le territoire occupé en vue de « maintenir le statu quo » dans le dossier sahraoui.

« Quatre envoyés personnels et quinze représentants spéciaux du secrétaire général des Nations unies ont jusqu’à présent été impliqués dans diverses étapes du processus de paix des Nations unies au Sahara occidental. Cependant, le Maroc a réussi, en toute impunité, à transformer ces efforts de médiation en missions impossibles à travers sa procrastination et son obstructionnisme délibéré », a souligné le Front Polisario dans un  communiqué publié à New York. Le Front Polisario réagissait ainsi à de fausses informations colportées par certains médias citant l’agence de presse AFP selon lesquelles « c’est le Front Polisario qui conteste la candidature d’un Portugais proposée par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour le poste de nouvel  émissaire pour le Sahara occidental ». Rétablissant les faits,  le Front Polisario a tenu à préciser que « c’est le Maroc qui a saboté les efforts de médiation de l’ancien secrétaire d’Etat américain James Baker, qui a été nommé premier Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental en mars 1997, conduisant à sa  démission en juin 2004 ». La même attitude a été adoptée par le Maroc envers l’ambassadeur américain Christopher Ross qui a été nommé envoyé spécial pour le Sahara occidental en janvier 2009. Les autorités marocaines sont même allées jusqu’à déclarer Ross « persona  non grata » en mai 2012 et l’ont empêché lui de mener à bien sa mission et de se rendre dans le territoire occupé. Sous pression, Ross a finalement  démissionné en avril 2017″ a rappelé le Front Polisario.
Le Maroc a « non seulement opposé son veto à plusieurs candidats au poste d’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental mais a aussi tenté  d’influencer le processus à travers un ensemble de conditions préalables qui excluent abusivement les candidats d’un groupe d’Etats membres de l’ONU  (y compris les pays scandinaves, l’Australie, l’Allemagne, la Suisse , Pays-Bas, entre autres) de la liste des candidats potentiels à ce poste », a-t-elle encore souligné.
Par sa procrastination et son obstructionnisme délibéré, l’occupant marocain « a clairement montré qu’il n’a aucune volonté politique pour une solution juste et pacifique et qu’il ne cherche qu’à maintenir le statu quo tout en persistant dans ses efforts pour avoir unilatéralement un envoyé personnel +sur mesure+, ce qui est totalement inacceptable », a regretté la Représentation du Front Polisario à New York.
Et c’est ainsi que la nomination d’un nouvel émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, qui devrait être « impartial, indépendant, compétent et  accomplir sa mission avec intégrité, « n’est pas une fin en soi », a conclu le Front Polisario dans son communiqué avant d’ajouter: « Il s’agit plutôt  simplement d’un moyen de faciliter et de faire progresser le processus de paix vers la réalisation de son objectif ultime, à savoir l’exercice par le  peuple sahraoui de son droit inaliénable et non négociable à l’autodétermination et à l’indépendance ».