Législatives 2021 : Dépôt de candidatures, la dernière ligne droite

Les postulants pour les élections législatives n’ont plus que quatre jours pour finaliser leurs dossiers de candidature. A partir de jeudi prochain, date-butoir fixée pour l’opération, l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) passera au crible les dossiers pour rendre son verdict final en prévision de la campagne électorale.

Les partis sont-ils prêts pour le dépôt des dossiers. Sofiane Djilali, président de Jil Jadid, affirme, sur un ton confiant, que sa formation a entamé le dépôt de signatures. Il rappelle qu’il avait annoncé, lors de son dernier point de presse, que Jil Jadid a dépassé le seuil des 25.000 signatures et  remplit les critères concernant les parrainages. Selon lui, «les  militants sont disciplinés et aucun n’a présenté de liste indépendante». Djilali reconnaît, toutefois, que dans quelques wilayas, des problèmes liés à la parité se posent.
Reda Ben Ouenen, nouveau président de Talai El Houriat, indique que l’opération suit son chemin et  se présente très bien. «Nous avons recueilli plus que le minimum demandé. A partir de demain, nous allons commencer à déposer nos candidatures au niveau des coordinations locales de l’Anie», ajoute-t-il. A l’instar de Jil Jadid, Talai El Houriat trouve des difficultés à respecter la parité homme-femme sur ses listes. «Dans certaines villes, nous n’avons pas pu répondre aux exigences de la loi électorale. Les femmes ne se présentent pas aux élections dans toutes les localités. Nous allons demander des autorisations pour les remplacer par d’autres postulants», fait-il savoir.
Yazid Benaïcha, secrétaire général d’Ennahda, indique que la direction est en train de vérifier les signatures et les listes pour qu’elles ne soient pas rejetées pour de banales erreurs. «Nous devons collecter plus que ce qui est demandé pour éviter le refus de nos candidatures. Nous avons dépassé le seuil mais nous restons vigilants», explique-t-il. Le parti est à la phase finale de la révision des candidatures. Benaïcha fait remarquer au passage que la nouvelle loi électorale renferme «des dispositions irrationnelles et complexes, comme la réduction du délai de candidature et la complication de la validation des signatures». Il plaide, d’ailleurs, pour la tenue de rencontres pour expliquer aux partis et aux candidats libres la teneur des exigences de cette loi.
Les  candidats auront un délai de 22 jours, jusqu’au 14 mai prochain, pour introduire un recours concernant la candidature et son renouvellement avant le 18 mai selon le calendrier fixé par l’Anie. Par ailleurs, les candidats qui  doivent déposer les listes avant le 23 mai sont tenus d’introduire des recours concernant la liste des encadreurs des bureaux de vote du 24 avril au 12 mai.
Quant à la campagne électorale, l’article 73 de la loi organique relative au régime électoral stipule qu’à l’exception du cas prévu à l’alinéa 3 de l’article 95 de la Constitution, elle est déclarée ouverte 23 jours avant la date du scrutin, soit le 17 mai.
Karima Alloun