Ouverture d’une galerie d’art à Bou Saâda

Fatna Taboussi et Toufik Lebssir ont ouvert, récemment, dans l’ancienne ville de Bou Saâda une galerie baptisée du nom d’Édouard Verschaffelt surnommé El Boussâadi.

D’origine belge, celui-ci a vécu dans «la cité du bonheur» de nombreuses années, jusqu’à sa mort en 1955.Appartenant à  l’école impressionniste, il est revenu à Bou Saâda après la Première Guerre mondiale mais a refusé de vendre ses toiles aux courtiers, négociateurs et notables. Hadja Fatima qu’il épousera le poussera à se convertir à l’Islam. Verschaffelt possède des dizaines de tableaux célèbres, tous inspiré par la beauté lumineuse de BouSaâda. Une exposition des deux artistes s’y tient dans le nouvel espace.Fatna Taboussi, qui cultive une passion pour le dessin depuis son jeune âge, est très talentueuse. Soutenue par son frère, sa première apparition sur la scène artistique fut lors d’une exposition au Centre culturel de son village, Sidi Amer, près de Bou Saada. C’est là qu’elle fit la connaissance desresponsables de l’association «Aissa Bisker pour la culture de l’enfant» qui l’ont engagée pour enseigner la peinture aux enfants. Familière des semaines culturelles, elle rencontrera  Lebssir, peintre déjà  connu dans la ville de Bou Saada. Les  toiles de Taboussi évoquent l’univers des femmes, de l’enfance et ressuscitent les  traditions.Lebssira étudié à l’Ecole nationale des beaux-arts d’Alger puis poursuivit ses études supérieures en URSS où il côtoya de grands artistes soviétiques. Influencé par l’école réaliste et orientaliste, il se partage entre l’art plastique et l’animation.Les deux artistes veulent par cette exposition relancer l’activité artistique dans la région de Bou Saâda.
Rym Harhoura