Tribunal de Tipaza : Deux ans de prison ferme pour Kamel Chikhi, dit « El Boucher »

Kamel Chikhi, dit «Kamel le Boucher» a été condamné, ce dimanche, à deux ans de prison ferme par le tribunal de Tipasa dans une affaire de corruption où il est inculpé pour «octroi d’indus avantages».

Pour rappel, le procureur de la République avait requis, lors de son  procès qui s’est déroulé le 4 avril dernier, 10 ans de prison ferme et une amende d’un million de dinars. Le deuxième prévenu, un notaire de la ville de Tipasa, a été innocenté par le tribunal de l’ensemble des accusations dont il a fait l’objet dans cette affaire et a bénéficié d’un acquittement, alors que le représentant du ministère public avait requis à son encontre 7 ans de prison ferme et une amende d’un million de dinars.
Le troisième accusé, à savoir le chef de service des enregistrements au niveau des impôts à Tipasa au moment des faits, a été condamné à deux ans de prison, dont une année avec sursis. La quatrième prévenue, qui occupait au moment des faits le poste de cheffe de bureau relevant du service des enregistrements au niveau des impôts à Tipasa, a été condamnée à une année de prison avec sursis.
Pour rappel, cette affaire, dont le procès a été reporté cinq fois, avant de se dérouler le 4 avril dernier, concerne un transfert de propriété, une assiette foncière à Aïn Benian appartenant à Kamel Chikhi, à une entreprise spécialisée dans la promotion immobilière dont il est le gérant. La transaction s’est conclue chez un notaire à Tipasa en 2016. Il s’est avéré que le dossier a bénéficié d’exonération et d’abattements d’impôts et de taxes sans autorisation légale.
A. L.