Cinémathèque d’Alger, un cycle dédié au cinéma indien

Après le cycle consacré au réalisateur italien Federico Fellini et, suite à une  forte demande du public, la cinémathèque d’Alger programme du 17 au 30 avril, à raison de deux  séances par jour (12h30 et 15h), des projections dédiées au cinéma indien qui produit entre 1500 à 2OOO films chaque année.

Bollywood, dit- on, menace Hollywood. Les chiffres font en effet, rêver. Le nombre de spectateurs par an atteint 3 milliard le double de celui de Hollywood et le cinéma rapporte quatre milliards de dollars au pays. Le   genre était en vogue dans les salles de cinéma en Algérie durant plusieurs années. Pour se retremper dans cet univers qui fait la part belle à la musique et aux émotions, quelques titres qui ont marqué ces  70 dernières années seront à l’affiche. La cinémathèque présentera également des films algériens qui rendent hommage au cinéma indien à l’image de «Omar Gatlato», de Merzak Allouache. Le héros principal courait les salles pour enregistrer les chansons qu’il écoutait le soir pour tromper sa solitude.
Les films choisis sont : «Aa Gale Lag Jaa» (plus connu sous le titre Djanitou) (149 mn). «Viens, embrasse-moi» est un film romantique de 1973, réalisé par Manmohan Desai et qui met en vedette Shashi Kapoor, Sharmila Tagore et Shatrughan Sinha. Le film est devenu un succès phénoménal dans le monde entier. Poornima Shreshta a reçu la seule nomination de Filmfare pour le film en tant que meilleure chanteuse   pour la chanson «Tera Mujhse Hai». «Aa Gale Lag Jaa» est également connu pour les merveilleuses chansons à succès qui sont la marque d’un cinéma coloré et flamboyant.
Mother India, réalisé par Mehboob Khan, (1957) d’une durée de 175 mn est considéré comme l’un des plus grands succès du cinéma indien. Il remporta de nombreuses récompenses, notamment cinq Filmfare Awards, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. Il est devenu le premier film indien à être nommé pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère avant «Salaam Bombay!» et «Lagaan».
La marée atteint l’Europe
Le Mythique «Mangala, fille des Indes» (Aan en hindi et The Savage Princess, aux États-Unis) réalisé par Mehboob Khan en 1952,  avec Dilip Kumar, Nimmi, Premnath et Nadira dure  2h40mn. Le monde fastueux des maharadjahs sert de toile de fond à l’amour d’une princesse et d’un paysan. Neeta, une jeune femme moderne habillée à l’occidentale, hérite de l’empire industriel de son père. Elle en confie la responsabilité à Dilip, un ami qui l’a sauvée d’un accident de cheval. Dilip s’éprend de Neeta alors que celle-ci décide d’épouser son fiancé, un jeune play-boy désinvolte. Frustré, Dilip se met à négliger la gestion du patrimoine.
Devdas, réalisé par Sanjay Leela Bhansali,  est un mélodrame  produit et réalisé par Sanjay Leela Bhansali, sorti en 2002. Il s’agit d’une nouvelle adaptation du livre «Devdas» de Sarat Chandra Chatterjee, parue en 1973. L’histoire du film se déroule au début du XXe siècle et raconte l’amour impossible entre deux personnes, appartenant à deux milieux différents.
Il est considéré comme l’un des films les plus rentables des années 2000 et a égalé le record de dix Filmfare Awards en 2003, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Le film a été sélectionné pour représenter l’Inde à la cérémonie des Oscars mais n’a pas été retenu pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2003. Il a été le premier film indien à être présenté hors compétition au Festival de Cannes en 2002. En France, il a réuni près de 108 292 spectateurs en salles.
Bollywood, contraction de Bombay et de Hollywood, est le nom donné à l’industrie du cinéma musical indien basée à Mumbai (anciennement Bombay), dont les films sont réalisés en hindi. Ceux-ci, diffusés dans la majeure partie de l’Inde, s’exportent dans le monde entier, notamment en Asie du Sud-Est, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Et depuis la marée s’est étendue vers l’Europe où les films foisonnent sur les plateformes.
H. Metref