Affaire EGT Tipasa : Six ans de prison contre deux anciens directeurs généraux

 

Le tribunal de première instance de Tipasa a rendu, ce dimanche, son verdict dans l’affaire de corruption liée à la gestion du projet de réhabilitation et modernisation du complexe Tipasa le Village relevant de l’Entreprise de gestion touristique de Tipasa (EGTT), filiale du groupe Hôtellerie, tourisme et thermalisme (HTT).

Deux ex-directeurs généraux de l’EGTT, à savoir M’hamed Bahloul et Yacine Kaoula, ont été condamnés à une peine de six ans de prison ferme, assortie pour chacun d’eux d’une amende de 500.000DA, pour abus de fonction, dilapidation de deniers publics et conclusion de marché en violation de la réglementation dans le but d’octroi d’indus privilèges à autrui. Pour les mêmes chefs d’inculpation, le tribunal de Tipasa a condamné d’anciens cadres de l’EGTT, en fonction lors du déroulement des faits, à une peine de quatre ans de prison ferme assortie d’une amende de 30 millions de centimes chacun. Il s’agit de Noureddine Kaouane, ancien directeur des finances, Samia Meglati, ex-directrice technique, Khelifi Hamza et  Abdelhak Saâdouni, ancien chef de projet. Deux autres anciens directeurs généraux de l’EGTT, à savoir Rabah Chiah et Mohamed Aklouchi, ainsi que Aziz Bare, président du conseil d’administration de l’EGTT, et Abdelkrim Mansouri, membre du conseil d’administration, ont été condamnés à une peine de deux ans de prison ferme assortie d’une amende de 20 millions de centimes pour abus de fonction. Six autres prévenus dans cette affaire ont écopé d’une année de prison avec sursis et une amende de 10 millions de centimes. Les autres accusés ont été acquittés. Par ailleurs, le verdict prononcé condamne par contumace l’entreprise portugaise en charge de la réalisation du projet de modernisation et de réhabilitation du complexe Tipasa Village, à verser une amende de cinq millions de dinars et une interdiction de prendre part aux soumissions dans le cadre des marchés publics pendant une durée de cinq ans.
A. L.