Fédération de handball: L’AGE invalidée

La réélection controversée de Habib Labane à la tête de la fédération de handball a finalement été officiellement remise en cause. En effet, la commission nationale de suivi du renouvellement des instances sportives a décidé, après réunion dimanche, d’invalider la dernière assemblée élective.

Une décision très attendue, après notamment dépôt de recours au niveau de ladite commission par rapport au nombre de voix obtenues par Labane, à savoir 49 +1, alors que la moitié de 99 votants était de 49,5. Un chiffre qui aurait dû être arrondi avec une voix supplémentaire, soit 50 +1. D’autres motifs valables ont été mentionnés dans les recours, à savoir le bilan financier incomplet du président sortant, mais approuvé lors de la dernière assemblée générale ordinaire de l’exercice 2020. Un bilan longuement contesté par des membres de l’AG, dont les candidats à la présidence de l’instance fédérale, à savoir Yacine Aliout et Tahar Alioui. Unanimes, les deux personnalités de la petite balle se sont interrogées sur les montants des créances et des dettes qui n’existaient pas sur le bilan. Après un mandat à la tête de la FAHB, Labane a été pointé du doigt par rapport à sa gestion avec un cumul de milliards de dettes, notamment les impayés de salaires des entraîneurs nationaux, dont ceux du français Alain Portes. Ce dernier qui n’a pas perçu un seul salaire depuis l’entame de sa mission en juillet 2019, est sur le point de donner son accord de principe à la fédération koweitienne. Avec 240.000 euros impayés, la fédération devra verser au moins cinq milliards de centimes au technicien français, en espérant que l’ex-coach des Aigles ne décide pas de saisir la fédération internationale pour avoir ses droits. Chose qui sera écartée au cas où Labane gagnerait l’AGE «bis». Dans son programme, le président sortant avait promis de prôner la stabilité en prévision des prochains défis, dont le championnat d’Afrique 2024 à Alger et qualificatif pour le mondial 2025 et les Jeux olympiques de Paris. Un autre recours a donné également son effet, à savoir celui du membre fédéral et président de la ligue de wilaya d’Oran Saïd Dobballah. Ce dernier a détaillé sa suspension qui n’obéit à aucune règle, alors qu’il a été même privé de vote lors de l’assemblée élective.Interrogé récemment par nos soins, Doballah s’est demandé comment il a été sanctionné, sans passer par la commission de discipline. «Il y a eu sept procès-verbaux de réunions dans lesquels mon nom en tant que membre suspendu n’a jamais été mentionné. J’ajoute que le motif d’être sanctionné pour absence cumulée de trois jours est faux. Je n’ai eu que deux absences justifiées. Une autre infraction à la loi est à retenir, à savoir la décision de suspension qui n’a pas été envoyée jusqu’à nos jours» avait-il précisé.
Des appels à une coalition Alioui-Aliout
Avant que la commission de candidatures n’annonce la nouvelle date de la 2e assemblée élective, les imminents opposants de Labane appellent les deux candidats de la première assemblée élective, en l’occurrence Tahar Alioui et Yacine Aliout  à faire une coalition. Même si les portes pour d’autres candidatures seront ouvertes comme le stipule la loi, l’éventualité d’un duel Labane face à Alioui ou Aliout n’est pas écarté. D’ailleurs, d’aucuns ont regretté la candidature des deux figures du sport à sept lors de la 1re AGE. Ce qui a divisé les voix entre les deux, à savoir 33 pour Alioui et 16 seulement pour Aliout. Reste à savoir si un accord sera trouvé entre les deux hommes, notamment après ce qui s’est passé pour Aliout. Ce dernier n’a pas abdiqué après le rejet de son dossier de candidature pour liste sans membres suppléants. Ce qui l’a poussé à déposer dans un premier temps un recours à la commission fédérale de candidature. Après le rejet de son dossier, il a fait une seconde tentative au niveau de la commission nationale de suivi du renouvellement des instances sportives. Un recours qui a été pris en considération, lui permettant d’être sur la ligne de départ de la course vers la présidence de la FAHB.
Adel K.