Comédiens en migration

Chacun a ses bonnes raisons d’attendre le Ramadhan. Pour les comédiens, en dehors d’un rythme de  travail plus  soutenu en prévision des séries et feuilletons  diffusés lors de ses soirées, la majorité se roule les pouces. Depuis de longues années déjà, la  faiblesse de la production cinématographique et théâtrale a réduit la plupart d’entre eux au chômage forcé. Jeunes ou anciens, ils  savent que le Ramadhan avec sa profusion de feuilletons est une occasion à saisir pour refaire surface. C’est une sorte de bouée de sauvetage pour une profession en déshérence. Une sorte de migration s’effectue vers le petit écran. Ce dernier est moins réservé qu’avant à certaines« têtes». Les sit com ne sont plus boudés ou vus avec condescendance d’autant plus que les rémunérations sont dit-on plus consistantes. Progressivement, nous avons assisté à une sorte de «  réconciliation » qui a conduit de grands comédiens (Sonia, Medjoubi, Adar, Djamel Hamouda) à devenir familiers des soirées du Ramadhan. Ces jours ci, on a ainsi  plus de chance de revoir Khaled Benaissa qui joue un rôle important dans la saison 2 « Timoucha » que dans un film qui même s’il existe risque de ne pas être vu. Il est sollicité également pour la saison 2 de « Yemma » que diffuse la Chaine Algeria One. Au hasard des soirées, on peut revoir Allaoua Zermani, Zahir Bouzerar du TNA  qui fait une apparition dans « Omar Séchoir »ou Boualem Benani  qui a incarné Omar Gatlatou. Sid Ahmed Aggoumi est de retour, comme chaque Ramadhan, dans la nouvelle saison de « Yemma». Biyouna ne manquera pas à l’appel puisqu’elle est distribuée dans la série « le millionnaire » de la chaine Ennahar TV. Pour un non familier des écrans de télé, il est surtout  aisé de constater l’apparition d’une nouvelle génération de comédiens dont de nombreuses femmes. Il est loin le temps ou embrasser une carrière artistique est mal perçu. Des comédiennes ne disparaissent pas après un rôle. A Farida Saboundji, Nouria, Dalila Hlilou  ou Fatiha Berber  ont succédé beaucoup d’autres qui font carrière dans l’interprétation. Un  réalisateur éprouve désormais  moins de difficultés à trouver celle qui incarnera un rôle féminin. Contrairement à une idée reçue, la scène artistique ne manque pas de potentialités, de talents,  y compris au théâtre ou de nouvelles figures venues parfois  des villes de l’intérieur  ont émergé et se sont imposées. Chaque soir, les chaines de télévisions  relayées par les réseaux sociaux  en fournissent  la preuve.
H. Rachid