La toile pour débattre

Les sujets d’actualité, tant politiques, socioculturels qu’économiques, débattus sur les réseaux sociaux sont de plus en plus complexes. Un débat public à ciel ouvert, où tous les internautes sont libres de donner leurs avis, des expressions bien souvent dégradées.

La toile algérienne a ses ramifications dans le débat d’idées. Les réseaux sociaux débordent de messages liés à l’actualité nationale, mais également aux événements socioculturels, sportifs ou encore socioéconomiques. Les débats de l’espace médiatique, réservé aux pages officielles des organes de presse et de l’audiovisuel à part, ce sont les groupes de discussion et pages diverses multithématiques qui constituent le parloir du jeune citoyen. «Les insomniaques», «Algerian dadssarcasm» ou encore «Algériens et Algériennes» sont autant de groupes sur Facebook qui n’hésitent pas à braver les tabous et de s’adonner aux questions qui touchent de près ou de loin le quotidien des Algériens, aux quatre coins du pays. Nassira, une internaute qui interpelle les membres d’un forum de discussion sur la hausse des prix des produits alimentaires fait réagir. Plusieurs milliers de commentaires viennent s’ajouter au débat sur l’évolution du phénomène. Parfois de simples consommateurs, d’autres, plus proches des sources d’intérêt. Tous ont cependant un avis à donner, convergent ou non. Nazim, dans un autre groupe, préfère parler sport. Très actif et à jour des événements locaux et des matchs internationaux, il lance la réflexion, souvent par des vidéos sarcastiques et humoristiques. Il n’hésite pas à pimenter ses postes par des photos sur les clubs de football nationaux, notamment du Mouloudia d’Alger et de l’USMA. Le débat social a, cependant, une certaine limite selon des internautes qui préconisent la retenue dans les commentaires. Selon Bilel, modérateur de la page «Info trafic Algeria», les publications sont approuvées par les administrateurs qui filtrent certains contenus haineux ou à caractère politique abusif. «Nous ne voulons pas être un frein à la liberté d’expression sur notre page. Il est normal que certaines personnes aient des penchants qui ne se conforment pas à nos valeurs ou soient totalement de la pure propagande», nous a-t-il expliqué. Il appelle, par la même occasion, les internautes à ne pas céder aux controverses qui se déroulent sur certaines pages et forums, comportant souvent des informations diffamatoires et des messages à caractère haineux. «Il faut prendre ce qui se déroule sur les réseaux avec des pincettes, surtout durant cette conjoncture exceptionnelle, où tout le monde est scotché à son Smartphone», a-t-il conclu.
Walid Souahi