«El Nafak» de Bachir Selami, un drame social

Le feuilleton «El Nafak» (Le tunnel) réalisé par Bachir Selami et produit par la Télévision algérienne enregistre un taux de suivi considérable. Le scénario de  Sliman Boubeker  traite du divorce qui s’est répandu ces dernières années.                                                

D’emblée, les ingrédients d’un drame social sont réunis. Mourad, père de famille se retrouve contraint, après son divorce, de confier sa fille à sa grand-mère pour rejoindre les Etats-Unis  avec sa seconde femme. La première, «Amel Himer» ayant épousé un homme riche sacrifia sa fille. Par malchance, la grand-mère décède et l’enfant se retrouve dans un orphelinat lieu de solitude et de souffrances. Mais comme la vie réserve de bonnes surprises, la petite est prise en charge par son  superviseur qui, par gentillesse lui ouvre son foyer où elle grandit avec ses filles. Quelques années plus tard, sa mère biologique devenue veuve et sans aucune ressource vit dans le regret d’avoir  abandonné  sa fille.  Mourad aussi revient au pays. Non seulement, il ne retrouve pas sa fille, mais perd sa maison, suite à un détournement avant de se retrouver en prison. La série plonge dans l’univers des enfants qui se retrouvent seuls et des parents égoïstes et démissionnaires, qui courent après leurs propres intérêts. De nombreux artistes connus, à l’instar de Bahia Rachdi, Asma Mahdjan, Arslan, Tinhinan, Amal Himer, Djamal Hammouda se partagent les rôles.
Rym Harhoura